Rencontre avec… Thierry Carlier-Lacour, directeur associé du cabinet de recrutement Nicholas Angell

« Le turnover à ces postes a progressé de façon significative »

le 07/06/2012 L'AGEFI Hebdo

Notez-vous des tendances nouvelles dans le recrutement des directeurs d’agence ?

Très longtemps, le modèle des établissements bancaires a été de faire progresser à ces postes des jeunes en interne. Mais depuis deux ou trois ans, les directions des ressources humaines ont ouvert leur horizon à des compétences extérieures (venant de l’immobilier, du crédit leasing…) car elles y ont été contraintes. En effet, il y a dix ans, le turnover (rotation) des directeurs d’agence était très faible, mais il a progressé de façon significative depuis cinq ans car ce métier est devenu de plus en plus exigeant en compétences alors que les rémunérations sont restées, elles, assez peu attractives.

Ces professionnels sont donc difficiles à fidéliser ?

Depuis la crise et son impact sur l’image des banques, une pression supplémentaire est venue s’ajouter pour les directeurs d’agence, qui voient les clients en face à face. Fait complètement nouveau : certains d’entre eux viennent nous consulter pour nous demander vers quelles autres voies professionnelles ils pourraient s’orienter en dehors de la banque et de l’assurance. Comme ils sont bien formés et qu’ils savent gérer les risques, certains deviennent responsables de point de vente dans d’autres secteurs comme la distribution spécialisée.

A lire aussi