L’avis de... Isabelle Mounier-Kuhn, responsable du coaching chez Oasys Consultants, et Sylvie Petit, directeur de la practice banque

« De très bons techniciens peuvent avoir du mal à fédérer »

le 27/06/2013 L'AGEFI Hebdo

Comment fonctionne votre coaching ?

Il dure six à huit mois, avec des sessions de deux heures tous les quinze jours qui se déroulent dans nos bureaux. Nous avons en tout 28 coachs à Paris, Lyon, Bordeaux, Genève et Lausanne.

Sur quels thèmes intervenez-vous auprès des cadres du secteur financier ?

Nous les accompagnons lors de prises de nouvelles fonctions comme celles de directeur général ou de nouveau membre d’un comité exécutif. Nous intervenons aussi pour les aider à développer et à renforcer des aptitudes au quotidien dans l’exercice de leur métier, ou encore pour les aider à retrouver une motivation, du plaisir au travail.

Les cadres de la finance ont-ils des spécificités ?

Nous constatons que les managers ont souvent évolué au sein de leurs organisations grâce à leur très forte technicité, et moins grâce à leurs aptitudes relationnelles ou leurs rapports aux autres. Il y a de très bons techniciens mais certains ont du mal à fédérer, à emmener les gens avec eux. Or dans les grands établissements, dans le cadre de projets transversaux et internationaux, la capacité à générer de la coopération est fondamentale. Il s’agit là d’une capacité qui peut se travailler avec un entraînement progressif. Nos coachs sont souvent appelés pour cet enjeu.

A lire aussi