L’avis de… Didier Vuchot, président non exécutif du cabinet de chasse de têtes Korn Ferry Europe

« Les successions ouvrent la voie à des promotions »

le 02/02/2012 L'AGEFI Hebdo

Le capital-investissement est-il en crise ?

Comme toute activité économique, le private equity est soumis à des cycles. Mais cela reste un métier exceptionnel, par la richesse des sujets traités et la qualité des équipes qui sont un concentré d’intelligence. C’est une école de formation très complète qui devrait donc continuer à attirer de jeunes professionnels.

Le profil des recrutements a-t-il changé ?

Initialement, les fonds recrutaient après une première expérience dans un Big Four, une grande firme de conseil en stratégie ou en fusions-acquisitions. Mais dans les périodes difficiles, la tentation de la facilité et de la sécurité est plus forte. Un fonds aura actuellement plutôt tendance à chercher un directeur de participations au sein même de l’industrie du private equity.

La crise ne risque-t-elle pas de retarder les successions à la tête des fonds ?

Voyez-vous un investisseur confier son argent pour sept ans à un fonds dont l’équipe dirigeante a en moyenne 63 ans ? Les patrons de fonds n’ont pas le choix car ils seront autant jugés sur la qualité de la relève que sur leur track record. Les successions donnent souvent l’occasion d’un jeux de chaises musicales et ouvrent la voie à des promotions.

A lire aussi