DOSSIER RESEAUX SOCIAUX

Les stratégies « digitales » s’ancrent dans les politiques de recrutement

le 16/01/2014 L'AGEFI Hebdo

Les entreprises du monde financier s’appuient sur les réseaux sociaux pour accroître leur attractivité et dénicher des candidats.

Incontournables ! En quelques années, les réseaux sociaux sont devenus des outils indispensables pour les politiques de recrutement des entreprises de la finance. Elles sont désormais nombreuses à déployer de véritables stratégies de ressources humaines « digitales » sur les plus connus d’entre eux : Facebook, Twitter, LinkedIn et Viadeo. « De plus en plus d’entreprises en France, notamment dans le secteur financier, achètent toutes nos solutions de recrutement : qui vont du ‘sourcing’ de candidats à la promotion de la marque employeur », se réjouit Xavier Oliel, directeur commercial talent solutions pour la France chez LinkedIn.

Pour les groupes financiers, les réseaux sociaux constituent un redoutable instrument de communication pour leur « marque employeur ». Notamment auprès des jeunes. « Plus de 80 % de nos recrutements visent des jeunes diplômés, donc les réseaux sociaux sont très importants pour nous », déclare Frédéric Huynh, responsable du recrutement et de la marque employeur chez EY en France. Chez Allianz France, les médias sociaux sont intégrés depuis deux ans à la démarche de recrutement. « Ils permettent de véhiculer de l’information à la fois sur nos présences externes (les forums) et sur nos actions en interne. Ces dernières ayant vocation à faire découvrir ‘la vie au sein d’Allianz’, souligne Laurent Pernelle, responsable marque employeur d'Allianz France. Les réseaux sociaux offrent une forte interactivité. Les candidats posent directement leur question, le ‘community manager’ de l’entreprise répond immédiatement. »

Gigantesque base de données

L’autre point fort de ces vecteurs de communication, ce sont les gigantesques bases de données sur leurs membres qui permettent aux recruteurs de dénicher des candidats. Viadeo compte 8 millions de membres en France tandis que LinkedIn a franchi la barre des 5 millions en avril 2013. Dans le monde, le premier revendique 55 millions d’inscrits, contre plus de 250 millions pour le second. « Nous permettons à nos clients de la finance de cibler pour leurs offres de postes des membres de Viadeo qui ne sont pas en recherche d’emploi et qui sont donc difficiles d’accès par les méthodes de recrutement classiques », avance Olivier Fécherolle, chief strategy & development officer de Viadeo. Pour sa part, Allianz travaille depuis 2007 avec Viadeo pour le recrutement de commerciaux. « Au-delà du ‘sourcing’, c’est aussi un moyen de permettre aux candidats d'entrer en relation avec les responsables RH de toutes les régions », précise Laurent Pernelle. Tendance récente, les entreprises utilisent aussi les « profils » de leurs collaborateurs inscrits sur ces réseaux. Il s’agit de promouvoir la marque employeur et les offres de postes auprès des contacts de leurs salariés. « Nous proposons des bannières ‘work with us’ qui sont visibles sur les profils des salariés d’une entreprise », indique Xavier Oliel de LinkedIn. « Dans l’espace publicitaire du profil d’un collaborateur, il est possible d’afficher des offres d’emplois que cet employé pourra ensuite diffuser à son carnet d’adresses sur Viadeo », décrit aussi Olivier Fécherolle.

Pour aller encore plus loin, les employeurs souhaiteraient transformer leurs salariés en « ambassadeurs » de l’entreprise à travers les réseaux sociaux sur lesquels ils sont présents. « Ces médias deviennent petit à petit des lieux d’animation pour que les équipes se mobilisent et influent de façon positive sur la marque employeur  », constate David Guillocheau, directeur associé au sein du cabinet de conseil RH Talentys. « Si je dis sur un réseau social que mon groupe est formidable, on ne me croira pas. Si c’est un collaborateur qui le dit, l’impact sera tout autre », confie un DRH.

A lire aussi