Dossier Bonus

RISQUES - Stabilisation

le 21/04/2011 L'AGEFI Hebdo

Après avoir profité ces dernières années d’un net regain d’intérêt perceptible au niveau des salaires, les spécialistes des risques ont perçu en 2011 des rémunérations variables à peu près stables ou en légère hausse par rapport à celles de l’an dernier. « Que ce soit en banque de financement ou d’investissement (BFI) ou côté gestion d’actifs, après trois années d’accompagnement des rémunérations fixes et d’octroi de bonus significatifs, 2010 marque une stabilisation, voire un statu quo », observe Denis Marcadet, président de Vendôme Associés. Dans ce métier aussi, l’individualisation joue sur les montants des bonus versés. Dans les BFI, « seuls les spécialistes des marchés, souvent ingénieurs et issus du front-office, tirent leur épingle du jeu, mais ils sont recherchés… », relève Denis Marcadet. Quant à la gestion d’actifs, quelques ajustements sur les bases fixes ont été effectués, notamment chez des acteurs étrangers, « mais dans l’ensemble, l’équilibre prime ». En ce qui concerne la part variable, le « zéro » bonus a été pratiqué, et « là encore, l’individualisation a été importante avec des bonus en légère hausse (de 5 % à 10 %) par rapport à l’an passé, versés intégralement en cash », fait remarquer le dirigeant de Vendôme Associés. En 2011, le bonus global d’un risk manager au sein d’une BFI a pu atteindre jusqu’à 120.000 euros pour un minimum de 20.000 euros, avec un fixe situé entre 50.000 euros et 100.000 euros. L’année passée, ce même professionnel touchait un bonus maximal de 100.000 euros, pour un fixe de 40.000 à 90.000 euros.

A lire aussi