Quand l’encadrement féminin devient un critère d’investissement

le 04/04/2013 L'AGEFI Hebdo

Voilà une étude qui devrait encourager les établissements financiers cotés à nommer davantage de femmes à des postes à responsabilités. Michel Ferrary, professeur à Skema Business School et à l’université de Genève, a créé le Femina Index qui intègre des sociétés du CAC 40 dont le taux de féminisation de l’encadrement est supérieur à 35 %. Y figurent notamment Axa, BNP Paribas et Société Générale. Entre 2007 et 2012, Michel Ferrary a comparé les évolutions respectives du Femina Index et du CAC 40 : le premier n’a perdu que 5,28 % tandis que le second a chuté de 34,70 % (voir le graphique). « Une stratégie d’allocation d’actifs peut être socialement responsable et rentable lorsqu’elle est basée sur le critère de la féminisation de l’encadrement », défend l’étude.

A lire aussi