Christophe Corbel, consultant auditeur changement climatique au sein du département environnement et développement durable d’EY

« La politique voyage d’EY impose d’éviter l’avion pour un déplacement de moins de trois heures »

le 06/03/2014 L'AGEFI Hebdo

« En classe préparatoire, j’ai eu la chance d’assister à deux conférences de Hubert Reeves et Jean-Marc Jancovici, cela a été déclencheur pour moi. J’ai opté par la suite pour une spécialité environnement à Polytechnique et poursuivi à Vancouver avec un master en sciences du climat et de l’atmosphère. La politique voyage d’EY impose d’éviter l’avion pour un déplacement de moins de trois heures. J’ai rejoint EY il y a un an et j’ai pu deux fois déjà faire le choix de préférer le train plutôt que l’avion pour des déplacements professionnels (Toulouse et Berlin). Ces choix ont été possibles car je peux travailler dans le train et j’avais organisé mes déplacements de façon à ne pas perturber mon temps de travail. Si le train avait été beaucoup plus coûteux que l’avion, si cela avait trop empiété sur mon agenda, je pense que j’aurais dû négocier. Au quotidien, j’utilise un mug au lieu des gobelets jetables, mon ordinateur et mon mobile personnels sont de seconde main. J’ai choisi d’être moins dépendant de ma capacité à consommer, ce que je vois comme un  moyen d’anticiper la frugalité à laquelle nous serons sans doute soumis dans un futur proche. »

A lire aussi