CAPITAL-INVESTISSEMENT

Des parts variables en hausse

le 26/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Les professionnels du capital-investissement ont le sourire. « L’année 2011 n’a pas été si mauvaise, explique Sophie Wigniolle (photo), directrice générale d’Eric Salmon & Partners. Le premier trimestre a été animé en investissements et en sorties, donc les bonus ont été versés dans le haut de la fourchette. » Et ils l’ont été de façon générale en cash, les acteurs de ce métier n’étant pas soumis à la réglementation imposée aux banques en matière de bonus. Mais si cette population n’est pas aussi contrainte que le sont les banquiers, elle perçoit tout de même ses bonus sur la base de plusieurs critères, dont des éléments qualitatifs. Il faut rappeler que dans le capital-investissement, la volatilité des rémunérations variables est moins forte que dans les métiers du financement ou des fusions-acquisitions. Les salaires des équipes de gestion étant liés aux montants des fonds sous gestion (les commissions de gestion), cela assure une relative stabilité durant une période de sept ans. « Mais il y a aujourd’hui une forte pression de la part des investisseurs pour limiter ces ‘management fees’. Des ajustements se font, à leur demande », relève Sophie Wigniolle. Concernant les carried interests, cette forme d’intéressement dont bénéficient les gérants sur la plus-value réalisée (en général 20 %) par leur fonds d’investissement, 2012 constitue une année importante. « Les fonds qui ont investi à partir de 2006-2007 vont commencer à sortir en 2012-2013 », rappelle la dirigeante d’Eric Salmon & Partners.

A lire aussi