Témoignage Alexandra Morel, 23 ans, assistante chef de produits « e-business trade et supply chain » en alternance chez Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (CA CIB)

« Parler cette langue est simplement incontournable pour les recruteurs »

le 17/10/2013 L'AGEFI Hebdo

« Travailler dans un contexte international, en France ou en tant qu’expatriée, est depuis longtemps un objectif important pour moi. Je termine actuellement un contrat d’alternance chez CA CIB à Paris, dans le cadre d’un master 2 stratégie et développement commercial à l’international de l’école Sup Career. A mon poste d’assistante chef de produit, je travaille notamment en support pour nos filiales de Hong Kong, Dubaï, Singapour, Inde et Chine continentale. Les fiches produits, les textes de présentation que je rédige sont en anglais, mes échanges par e-mail aussi. En revanche, je discute avec mes collègues de bureau en français car tous, même les étrangers, parlent français. Il me semble que pour les diplômés de ma génération, parler anglais ne permet pas de se différencier des autres mais est simplement incontournable pour les recruteurs. Nous sommes plus exposés aussi selon les choix d’orientation que l’on fait. Dès ma deuxième année d’école de commerce, les cours étaient en anglais, j’ai passé aussi six mois en stage en Allemagne et un an à Londres pour ma spécialisation finance. Je parle également allemand et italien couramment, et j’ai des notions d’espagnol. A la fin de mon alternance, je m’envole pour un VIE* à Hong Kong, toujours chez Crédit Agricole CIB. Là, je parlerai anglais tous les jours ! »

*Volontariat international en entreprise.

A lire aussi