L’avis de… Olivier Chaduteau, associé gérant du cabinet de conseil en stratégie Day One

« Une parfaite connaissance des métiers »

le 28/04/2011 L'AGEFI Hebdo

Quelle est la compétence essentielle que doit posséder aujourd’hui un juriste de banque ?

Une parfaite connaissance du métier dans lequel il est amené à intervenir. Les produits bancaires devenant de plus en plus sophistiqués et réglementés, avec une exigence toujours plus grande de rapidité entre les phases de conception et de commercialisation, les juristes sont aujourd’hui positionnés au plus près des opérationnels afin de les accompagner sur la gestion des risques. Cette nouvelle donne les contraint à bien connaître des différents métiers.

Ce positionnement aux côtés des opérationnels a-t-il eu des incidences sur les organisations des directions juridiques ?

Oui, car ces rapprochements ont dû se faire en préservant l’indépendance des juristes. En termes d’organisation, certaines banques ont choisi de conserver un lien hiérarchique fort avec le directeur juridique,

et un lien fonctionnel avec le directeur métier, quand d’autres appliquent la stratégie inverse. Dans ce contexte, les directeurs juridiques sont devenus des managers de la fonction juridique, à qui l’on demande de mettre en place des politiques, des bonnes pratiques, de la veille juridique, du lobbying..., tout en passant 30 % à 40 % de leur temps à travailler sur des textes de droit.

A lire aussi