Portrait Olivier Gérard, président de Cushman & Wakefield France

Un parcours mixte

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

A 47 ans, Olivier Gérard a déjà eu deux vies professionnelles. Fraîchement diplômé, il se lance dans le monde de la communication et de la publicité. Mais trois petites années auront suffit à le démotiver : « L’environnement, les codes… ne me plaisaient pas »,explique-t-il. C’est un peu par hasard et aidé de connaissances qu’il se tourne vers l’immobilier. Ses premières armes dans une petite structure montée par des amis lui permettent de se frotter à la transaction immobilière. Puis l’envie de rejoindre un groupe international le mène en 1989 dans les rangs de Jones Lang LaSalle où il se spécialise sur le marché locatif parisien, jusqu’en 1996. « Des années importantes où, à l’euphorie du marché, a brutalement succédé une crise profonde », rapporte-t-il. En 1997, ce département et celui des investissements sont rapprochés et Olivier Gérard glisse alors vers ce nouvel univers, avant de prendre la tête, en 2005, de ce département redimensionné. Sa mission est d’importance : « Nous n’avions pas de leadership dans le domaine de l’investissement, convient-t-il.Il a fallu, entre autres, réorganiser les équipes, trop techniques et insuffisamment pourvues en commerciaux », mais également se positionner sur le marché des bureaux alors que le conseil était mondialement reconnu pour ses compétences dans le secteur du commerce. Début 2009, Olivier Gérard se hisse en haut de l’organigramme parisien et accède à la présidence de Cushman & Wakefield France. Contexte oblige, l’accent est mis davantage sur l’activité de conseil de l’entité, « perçue malgré tous les efforts de restructuration comme un courtier tourné vers l’activité transactionnelle,rappelle-t-il.Il a fallu valoriser l’ensemble des services que nous pouvions livrer aux institutionnels, en termes de recherche, d’expertise, de gestion ou d’optimisation de la valeur de leur parc… » Pari relevé. Cushman & Wakefield s’est imposé comme le premier conseil immobilier privé (non coté) du marché français.

A lire aussi