PORTRAIT François Marion, directeur général de Caceis

Un parcours international

le 23/06/2011 L'AGEFI Hebdo

François Marion aura, au gré des fusions et acquisitions initiées par sa maison mère et des opportunités qui s’en sont suivies, connu trois entreprises différentes. Aujourd’hui basé à Paris, directeur général de Caceis, la filiale de services aux investisseurs (banque dépositaire, administration de fonds…) du Crédit Agricole, et ce depuis sa création en 2005, il aura aussi longuement goûté aux charmes de l’expatriation.

C’est ainsi qu’à peine sorti de HEC en 1983, il entre à l’inspection générale de la Banque Indosuez, pour rapidement devenir responsable du back-office et des risques pour les activités de marché de capitaux à New York. A cette expérience nord-américaine de six ans (de 1985 à 1991), il a ajouté une expérience asiatique, prenant la responsabilité des opérations (chief operating officer) pour l’Asie-Pacifique à Hong Kong, de 1991 à 1997. Entre-temps, en 1996, Indosuez avait rejoint la banque verte pour donner naissance à Crédit Agricole Indosuez dont il prendra à Paris la direction du budget et de la stratégie, puis des systèmes et des back-offices. « Après une douzaine d’années à l’étranger, revenir en France était pour moi découvrir un nouveau pays, se souvient-il. Il est d’ailleurs désormais indispensable pour un dirigeant d’avoir exercé dans plusieurs régions du monde. » Car la décision du Crédit Agricole et des Caisses d’Epargne de réunir leurs activités de services aux investisseurs en 2005 aura donné à François Marion l’opportunité de prendre la direction d’une entreprise à la vocation internationale très affirmée, présente dans onze pays différents. Aujourd’hui, la moitié de ses 3.300 collaborateurs sont basés hors de France et, naturellement, près de 60 % des revenus de Caceis trouvent leur origine hors de ses frontières d’origine. « Le doublement de notre PNB (produit net bancaire, NDLR) depuis notre création, à 811 millions en 2010, s’est fondé sur des acquisitions ciblées (les activités de HVB en Allemagne en 2007, celles de HSBC en France en 2010…), l’apport des activités des Banques Populaires à la création de Natixis en 2008, mais aussi le développement de nouveaux services (prêt-emprunt de titres, middle-office, distribution de fonds, activités de change…) et la conquête de nombreux clients (Carmignac, NOAM, Edmond de Rothschild AM, Rothschild & Cie Gestion, Generali, Swiss Life…) », se félicite le directeur général de Caceis. Il a ainsi le sentiment d’avoir su remplir la mission qui lui était assignée à la création de Caceis, qui consistait à « faire d’une kyrielle de départements, un véritable groupe bancaire, ayant une identité propre, une culture de développement et une rentabilité satisfaisante », ajoute François Marion, qui se targue d’avoir un coefficient d’exploitation parmi les meilleurs du secteur à 70 %.

A lire aussi