PORTRAIT Marie Cheval, directrice des paiements de Société Générale, membre du comité de direction du groupe

« On ne questionne pas les hommes sur leur gestion de la parentalité ! »

le 10/05/2012 L'AGEFI Hebdo

En l’espace de dix ans, Marie Cheval a connu une ascension de carrière que l’on voit rarement dans le secteur bancaire. A sa sortie de l’Inspection générale des finances, cette énarque s’oriente en 2002 vers le groupe La Poste comme chargée de mission auprès du directeur général, notamment sur les activités financières. Sept ans plus tard, après avoir gravi les échelons, elle est directrice des opérations de La Banque Postale (LBP), dont elle est membre du comité exécutif, et présidente du conseil de surveillance de La Banque Postale Financement. Depuis bientôt un an, elle est directrice des paiements de Société Générale où exercent 1.750 collaborateurs, et a rejoint le comité de direction du groupe depuis le 1erjanvier 2012. « Début 2011, après le départ de Patrick Werner(ancien-président de LBP, NDLR) des opportunités se sont présentées, je les ai saisies. Il était temps pour moi d’aller vers de nouveaux défis et de changer d’entreprise », raconte la dirigeante de 37 ans. « Chez Société Générale, la direction des paiements a été un vrai choix, souligne-t-elle. C’est un des secteurs de la banque qui bouge le plus en ce moment. » Sur le sujet des femmes, cette mère de deux enfants ne cache pas son agacement sur certains préjugés : « On ne pose jamais de questions aux hommes sur leur gestion de la parentalité ! C’est évident que j’éprouve parfois un sentiment de culpabilité par rapport à ma famille, mais je ne suis pas faite pour être femme au foyer ! » Elle est sensible à la question de la féminisation du management dans l’entreprise : « J’essaie, à compétences égales, lorsque j’ai le choix entre un homme et une femme, de nommer une femme. » Elle n’hésite pas à dire, à l’heure où les conseils d’administration du CAC 40 accueillent plus de femmes : « Etre administratrice m’intéresse ».

A lire aussi