Un banquier de salle de marché dans une banque étrangère à Paris

« Des objectifs toujours plus élevés alors que les effectifs sont réduits »

le 05/12/2013 L'AGEFI Hebdo

« L’élément qui a provoqué mon ‘burn out’ est un plan social lancé cette année qui a conduit à ce que je change d’équipe. Avec la crise, le ‘business’ est devenu plus difficile mais les objectifs sont toujours plus élevés alors que les effectifs sont réduits. A mon ‘desk’, je me suis retrouvé tout seul, ma charge de travail était très importante (notamment à cause du poids de la ‘compliance’). Je ne regardais pas les horaires, je voulais bien faire mais je n’en avais pas les moyens. J’ai tenu quelques semaines avant de m’écrouler. Crises d’angoisse, de larmes, perte de poids, mes collègues disaient qu’ils ne me reconnaissaient plus. Je ne faisais même plus attention à ma façon de m’habiller. Je suis allé voir mon médecin qui m’a arrêté plusieurs semaines. J’ai récemment repris mon poste. Je pars désormais plus tôt mais c’est mal perçu. Et je sens que la spirale reprend car ma charge de travail n’a pas changé, mon responsable est agressif, je ne vois aucune échappatoire. Je me pose la question de partir tous les jours, je me sens usé, broyé même. Si je pars, je n’aurais pas envie d’exercer mon métier ailleurs. »

A lire aussi