Rencontre avec... Bernard Augris, directeur des relations sociales chez LCL

« Nous avons commandé une étude sur le fonctionnement des CHSCT »

le 24/01/2013 L'AGEFI Hebdo

Comment les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) s’intègrent-ils à la vie du réseau ?

Notre banque compte 60 CHSCT assez hétérogènes, qui recouvrent chacun de 90 à 1.200 employés au sein du réseau et 3.000 au siège. Les projets de rénovation, l’automatisation des agences, la modification des horaires, les incivilités, les accidents de travail, etc., sont des sujets qui y sont régulièrement débattus. Toute la question est de savoir quel est le bon niveau de consultation. Le projet « centricité clients », qui vise notamment à améliorer l’accueil, est débattu en comité central d’entreprise. Mais une fois cet avis rendu, doit-il encore être débattu 60 fois ? S’il est mal calibré, ce système d’information-consultation peut générer des frustrations chez les secrétaires de CHSCT. Le nombre et les thématiques des comités d’entreprise ont accompagné l’évolution de la banque vers une plus grande homogénéité des pratiques quel que soit le territoire. Nous sommes alors passés d’une cinquantaine à onze instances, avec une instance centrale. Afin d’alimenter notre réflexion sur le fonctionnement qualitatif des CHSCT, le niveau de formation des élus et des présidents, nous avons confié une étude à Sodie, sœur de Secafi au sein du groupe Alpha. Dans un premier temps, l’idée est de partager un constat avec les organisations syndicales. 

A lire aussi