Témoignage Karim Mezani, responsable de la syndication obligataire chez Natixis

« Mes études d’actuariat continuent à me servir dans mes fonctions actuelles »

le 13/10/2011 L'AGEFI Hebdo

« Lorsque j’ai obtenu mon diplôme de l’Institut de science financière et d’assurances (Isfa) en 1997, un certain nombre de mes camarades de promotion ont fait comme moi le choix de travailler dans la banque, le secteur offrant alors beaucoup de possibiliités. Mon arrivée sur le marché du travail correspondait au lancement de deux produits, les OAT (obligations assimilables du Trésor, NDLR) indexées sur l’inflation et les obligations indexées Eonia, où les compétences des actuaires étaient particulièrement recherchées, notamment pour le ‘pricing’. J’ai donc été embauché par la Caisse centrale des Banques Populaires pour travailler sur le ‘funding’ (financement, NDLR) et j’ai été amené très vite à la représenter au sein du Comité de normalisation obligataire, une instance chargée d’harmoniser les pratiques dans la profession. Même si, au fil de la carrière, le parcours professionnel prend naturellement le pas sur la formation initiale et que l’on se retrouve à n’utiliser qu’une faible partie de ses connaissances scolaires, mes études d’actuaire m’ont apporté une rigueur et une manière de raisonner qui continuent à me servir dans mes fonctions actuelles, ainsi qu’une certaine maîtrise dans la manipulation des ‘pricings’ des différents produits financiers utilisés dans mon quotidien de syndicateur. »

A lire aussi