Témoignage Eric Bellanger, responsable des clients francophones au sein de la division Debt Capital Markets de Santander

« L’originateur a vocation à devenir un interlocuteur incontournable »

le 24/03/2011 L'AGEFI Hebdo

« Depuis plus d’un an, j’ai rejoint Santander à Madrid dans l’activité Debt Capital Markets (marché de la dette, NDLR). Nous sommes 25 professionnels à couvrir la France, le Benelux et la péninsule ibérique. J’ai commencé à travailler dans ce métier il y a sept ans, dont cinq passés à Paris chez Société Générale Corporate & Investment Banking. Avant 2008, lever des capitaux sur les marchés présentait peu de difficultés pour les grandes entreprises. Avec la crise et la volatilité, elles ont réalisé que ces levées de fonds pouvaient présenter des risques. Désormais, il faut gérer le risque de liquidité avec de nombreux paramètres, ce qui rend les fenêtres de marché (timing possible d’une opération, NDLR) nettement plus complexes, d’où le rôle de plus en plus central de l’originateur. Evidemment, il faut aussi très bien connaître ses clients pour leur apporter des solutions sur mesure. Je ne suis pas du tout lassé par ce métier ! Dans un monde globalisé, la diversité des produits est plus grande, et selon les banques où l’on travaille, l’offre de produits peut changer, ce qui amène à en proposer de nouveaux aux clients. De plus, avec l’expérience, l’originateur a vocation à devenir un interlocuteur incontournable de l’équipe dirigeante d’une grande entreprise, c’est une perspective très valorisante. »

A lire aussi