Portrait Guillaume Jacqueau, managing partner de Barclays PE

L'homme de l'indépendance

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

La nouvelle est tombée fin novembre, surprenant le private equityeuropéen habitué à côtoyer chez Barclays PE (BPE) les Gonzague de Blignières, Peter Hammermann ou Paul Goodson (remplacé par Rob Myers outre-Manche). « Pourtant, on en parlait librement depuis un moment et cela s’inscrit dans une certaine continuité », remarque Guillaume Jacqueau, nommé à 45 ansmanaging partner de la société de LBO(leveraged buy-out) européenne, jusque-là dirigée de manière collégiale, et qui prend son indépendance de la banque britannique. Comme souvent, les investisseurs qui s’engageront sur son nouveau fonds (en cours de levée autour de 1,5 milliard d’euros) avaient besoin de garanties sur le gérant pour au moins cinq ou dix ans (durée d’investissement ou de vie du fonds).« Et surtout la volonté de n’avoir qu’un interlocuteur, même si l’équilibre des décisions sera maintenu entre les trois pays. »

Ce diplômé de l'Essec (également titulaire d'un DESS de Dauphine) est un fidèle de BPE, chez qui il entré en 1995 après un passage de six ans à la Banexi - « une excellente école »où il avait notamment participé au démarrage d’Euromezzanine. Au fil des transactions (Five Lilles, Lampes Berger, Interflora, Spie Batignolles, Laho Equipement, Converteam, Aerocan, Promovacances...), il devient directeur général (en 2001) puis patron du bureau de Paris (en 2007), prenant ainsi la suite du dirigeant historique, Gonzague de Blignières, désormais membre du comité d'investissement et du conseil de surveillance.« Ce métier qui mêle le technique et l’humain, le rationnel et l’intuitif, la prise de risques et le travail dans la durée, reste très utile à l’économie, conclut ce passionné. Et demande une certaine humilité devant le succès qui vient avant tout des dirigeants d’entreprise que nous choisissons d’accompagner. »

A lire aussi