L’avis de… Julia Noyel, fondatrice de ZenExpat, société de conseil spécialisée en mobilité internationale

« L’entreprise doit se montrer transparente dès le départ »

le 01/09/2011 L'AGEFI Hebdo

A partir de quand faut-il évoquer la question du retour ?

Chaque expatriation doit être traitée comme un véritable projet en trois phases : avant, pendant et après. Cela signifie donc que le sujet du retour doit être abordé avant même le départ de l’expatrié et figurer dans le plan d’actions qui va préciser les objectifs de sa mission. Dans les faits, ce n’est pas toujours le cas, ce qui peut générer de la frustration car les expatriés sont persuadés qu’à leur retour, ils obtiendront une promotion et un meilleur salaire.

Comment faire pour éviter cette frustration ?

L’entreprise doit se montrer transparente dès le départ. Lorsque l’expatriation s’inscrit dans un plan d’évolution de carrière, elle peut décrire les options envisagées, fournir des pistes de responsabilités... En revanche, lorsqu’un collaborateur est expatrié pour une compétence bien spécifique, l’entreprise devra clairement lui indiquer qu’il a vocation à réintégrer son poste au retour. Même chose lorsque c’est le salarié qui émet le désir de partir à l’étranger. L’entreprise sera moins tenue de lui fournir des engagements sur une éventuelle évolution professionnelle.

A lire aussi