Témoignage Yas Banifatemi*, co-deputy managing partner de Shearman & Sterling

« L’arrivée d’une équipe peut comporter plus de défis qu’un départ individuel »

le 23/02/2012 L'AGEFI Hebdo

« Un départ n’est pas nécessairement une source d’inquiétudes. Les choses évoluent, c’est la donne du marché. En 2011 par exemple, Shearman & Sterling a vu partir Jacques Naquet-Radiguet ou Aline Cardin. Leur décision n’était pas une marque de déloyauté envers le cabinet, mais une correspondance, au même moment, entre une envie d’évolution personnelle et une proposition faite par une autre structure. Pour Jacques, que j’estime beaucoup à titre personnel, son départ s’est fait dans d’excellentes conditions et j’aurai grand plaisir à continuer de le voir. Nous avons tout à fait compris son choix, qui était probablement de se redéfinir dans un nouveau contexte. Dans le même temps, Shearman a continué son expansion. Psychologiquement, l’arrivée d’une équipe peut comporter plus de défis qu’un départ individuel : la greffe doit prendre. Par exemple, dans le cas de Christophe Asselineau et son équipe qui nous ont rejoints en mai 2011, l’opération a parfaitement réussi. L’arrivée récente d’Arnaud Fromion, spécialiste de financement d’acquisitions, s’est passée dans le même état d’esprit. »

*Associée au sein du groupe arbitrage international et en charge de la pratique droit international public

A lire aussi