Un homme, une équipe

Kosta Peric instille l’innovation au cœur de Swift et de ses banques partenaires

le 15/11/2012 L'AGEFI Hebdo

Au service du secteur financier, l’équipe Innotribe qu’il dirige sélectionne les idées qui transforment l’avenir des banques.

Kosta Peric instille l’innovation au cœur de Swift et de ses banques partenaires

Se rendre chez Swift, c’est un peu comme jouer les agents secrets. A quelques kilomètres de Bruxelles, le joli bourg de La Hulpe accueille la plus importante infrastructure bancaire mondiale dans la plus grande discrétion. Pas un logo, pas un panneau n’indique la présence, au milieu d’un immense parc arboré, de la coopérative bancaire mondiale Swift, fournisseur de services de messagerie financière ultra-sécurisée. C’est là que travaille Innotribe, l’équipe dédiée à l’innovation de Swift, composée d’une dizaine de personnalités charismatiques chapeautées par Kosta Peric. Ce dernier, ingénieur qui fut l’architecte de SwiftNet, incarne à la fois le sérieux lié à l’activité de messagerie bancaire de Swift et la décontraction d’un esprit libre et créatif. D’ailleurs, l’ambiance au sein de l’équipe d’Innotribe témoigne de la joie de travailler ensemble, ponctuée de grands éclats de rire et d’une petite dose d’exubérance qui sied aux innovateurs.

Créée il y a trois ans, Innotribe a pour rôle de susciter la collaboration et l’innovation, autrement dit de secouer un peu l’ordre établi chez Swift et ailleurs pour faire jaillir les idées et se projeter dans l'avenir. L’initiative ne se réduit pas au périmètre de Swift, Innotribe a pour ambition de servir le secteur financier dans son ensemble. « Nous voulons être le catalyseur de l’innovation dans l’industrie financière, résume Kosta Peric. Notre rôle est de repérer les idées innovantes qui peuvent surgir de n’importe où, de sélectionner les meilleures et d’identifier les entrepreneurs, ceux qui sont en mesure de les mener à bien. » Les maîtres mots sont collaboration, échanges et réseaux sociaux. Le propos se matérialise dans des ateliers de créativité mis en œuvre au sein de Swift et à l’extérieur, et par la constitution d’un réseau de promoteurs de l’innovation, les « Innotribe Enablers », une quinzaine de personnalités issues de la banque, de l’informatique, du monde de l'investissement et du conseil prêtes à donner un peu de leur temps et de leur réflexion à Innotribe. Trois fois par an, Innotribe les réunit pour identifier les tendances, les sujets d’avenir et orienter son travail. « Innotribe cherche à changer la culture du secteur, à faire émerger les idées créatives et à les pousser vers leur concrétisation, car elles sont le business du futur », soutient Kosta Peric.

Pour accélérer la concrétisation des projets, l’« Incubateur » a été créé il y a dix-huit mois, issu d’une métaphore qu’Innotribe a fait sienne, celle du château et du bac à sable. « Le château symbolise l’activité de base de l’entreprise, elle est solide et protégée, explique Matteo Rizzi, cofondateur d’Innotribe. Le bac à sable, lui, représente un espace protégé où l’on peut faire des essais, prendre quelques risques et se tromper sans pour autant mettre en danger l’activité de l’entreprise. L’Incubateur est un peu notre bac à sable. » Doté d’un budget annuel de 3 à 4 millions d’euros, cet Incubateur sert à tester les concepts et à valider la possibilité d’une commercialisation. L’incubation dure de six à neuf mois, un temps nécessaire pour éprouver la pertinence du modèle. MyStandards en est la première réalisation : une plate-forme collaborative mise en place pour gérer les standards liés à l’activité de messagerie de Swift et les pratiques de marché. Grâce à elle, les banques partenaires de Swift ont pu participer à la définition et à la diffusion de ces standards. Si les fonctions de base sont accessibles gratuitement, selon un modèle « freemium », les banques doivent payer pour utiliser les fonctionnalités à valeur ajoutée. Le produit a ainsi généré du chiffre d’affaires dès avant son lancement au printemps dernier.

Créer des liens entre banques et start-up

Autre exemple d'idée incubée, l’Innotribe Start-up Challenge, un concours de start-up destiné à créer des liens entre l’industrie financière et les concepts innovants dont regorgent les jeunes pousses. « En 2011, nous avions présélectionné une centaine de candidats et choisi les dix meilleurs qui ont ainsi pu se présenter à la communauté financière lors du Sibos à Toronto (réunion annuelle organisée par Swift, NDLR), détaille Matteo Rizzi. Les banques ont voté et le gagnant, GuardTime, un logiciel de signature électronique, a reçu une dotation de 50.000 euros. Cette année, nous avons organisé trois concours, à New York, Singapour et Belfast, dont les gagnants se sont rendus à Osaka pour le Sibos 2012. L’objectif est de leur permettre de trouver des financements et des partenaires qui mettront leurs créations en application. » Deux entreprises ont été récompensées : PlayMoolah, spécialisée en éducation financière pour parents et enfants, et Gust, une plate-forme de financement des start-up.

Projet au long cours, Innotribe développe également sa vision de l'avenir à travers Digital Asset Grids (réseaux d’actifs digitaux). « Il s’agit d’un dispositif qui permettra aux propriétaires de données, entreprises, particuliers ou autres, de les administrer et de les partager seulement avec les interlocuteurs qu’ils auront choisis, explique Peter Vander Auwera, autre cofondateur d’Innotribe, en charge de ce projet. Techniquement, c’est un changement de modèle fondamental qui transforme notre messagerie centralisée (Swift, NDLR) en un système d’échange de point à point. Dans ce nouveau monde où les informations digitales sont pléthoriques, les banques peuvent jouer le rôle de tiers de confiance et offrir de nombreux services, notamment de conservation, d’hébergement, de certification ou de filtrage d’accès... » Un prototype a été présenté lors du Sibos d’Osaka avec deux fonctionnalités, l’une permet de partager son adresse avec les membres de sa communauté, l’autre de signaler son intention d’acheter quelque chose afin de susciter avis et propositions en retour. Ces premières applications annoncent de grands bouleversements dans les modes d’achats et d’échanges entre les personnes, entre les entreprises et tous les acteurs du digital. Innotribe prépare ainsi Swift et les banques les plus ouvertes à évoluer pour prendre leur place dans ce nouveau modèle.

Responsabilité sociétale

Mais Innotribe s'occupe aussi de la responsabilité sociétale des banques et réfléchit à leur rôle dans l’inclusion financière. « Nous développons à la fois une approche technologique, avec l’usage du mobile pour réaliser des transactions, indique Martine de Weirdt, membre d’Innotribe en charge de cette thématique, et une approche non technologique avec, par exemple, le projet ‘Banks for a better World’. L'objectif est de créer un espace et une approche collaboratifs au sein duquel les banques pourraient apporter leur propre contribution, en particulier sur les nouveaux instruments financiers ou le financement d’entreprises sociales. » Martine de Weirdt travaille également sur l’évolution des organisations et des entreprises et s’occupe de la communication. Animée par des personnalités dynamiques et exigeantes, Innotribe (qu’on appelle aussi Egotribe !) est ainsi devenue un moteur de l’innovation autant chez Swift que pour ses membres.

L'équipe

Karen de Clerck, programme manager

Jenna Loubris, stagiaire

Kosta Peric, fondateur et directeur d’Innotribe

Martine de Weirdt, membre en charge de Banks for a Better World

Peter Vander Auwera, cofondateur d’Innotribe, en charge de Digital Asset Grid

Matteo Rizzi, cofondateur d’Innotribe, en charge de l’Incubateur et du Start-up Challenge

Muriel Dewingaerden, membre d’Innotribe

 

A lire aussi