L’avis de… Johann Van Nieuwenhuyse, directeur senior chez Michael Page

« Instaurer rapidement un climat de complicité »

le 12/05/2011 L'AGEFI Hebdo

Quels sont les facteurs clés de réussite pour un professionnel du conseil en immersion ?

Le démarrage est essentiel. L’arrivée d’un consultant peut être vécue par les équipes internes comme une période de doutes et d’interrogations, car elle est très souvent synonyme de changements. Le consultant doit donc rapidement instaurer un climat de complicité, en précisant bien à ses interlocuteurs qu’ils conservent toutes leurs prérogatives et que lui n’est là que pour les aider à passer ce virage organisationnel. Pour y parvenir, il faut beaucoup de tact, d’écoute, d’empathie et de transparence. D’autant qu’au départ, le consultant n’a pas toujours été informé des éventuels points de résistance en interne. C’est à lui de les découvrir au début de la mission.

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

Arriver avec l’image du consultant qui a un avis sur tout et des idées préconçues ! Cela risque de créer une réaction épidermique, voire des blocages, et le consultant n’aura pas accès à l’information. Il faut mettre beaucoup de formes et ne pas être directif pour gagner la confiance des équipes, et ensuite orienter son discours sur des choses plus factuelles, techniques et un peu directives.

A lire aussi