Dossier Directions achats

Initiatives durables, les banques voient la vie en vert

le 20/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Sollicités pour couper les coûts pendant la crise, les acheteurs ne veulent pas se cantonner dans ce rôle court-termiste.

Ils étaient plus de 8.000 acheteurs réunis autour de thématiques telles que la mobilité ou les technologies de l’information et de la communication durables au salon Buy&Care, qui s’est tenu à Lyon en décembre. Car sélectionner les fournisseurs qui sont à même de soutenir les efforts de l’entreprise dans ses initiatives « vertes » ou de responsabilité sociale et environnementale (RSE) est essentiel. En octobre dernier, Crédit Agricole SA a ainsi remis pour la deuxième fois les « Trophées Horizon » à ses fournisseurs les plus engagés en matière de développement durable. Le jury, composé de personnalités externes telles que Jérôme Dupuis, directeur adjoint des partenariats entreprises du WWF-France, et de représentants de CASA, a récompensé trois entreprises. Dans la même veine, la Compagnie des Dirigeants et Acheteurs de France a lancé cet automne un Observatoire des achats responsables.

La fonction achats est ainsi en bonne place dans le « Rapport sur la responsabilité sociale et environnementale » de BNP Paribas par exemple. Les contrats signés par le groupe contiennent tous des clauses de RSE depuis 2002 et certains sont soumis à un dispositif de suivi périodique depuis 2006 : les PC (hardware), les imprimeurs, les fournitures de bureau et la location longue durée de véhicules. En 2009, la fonction achats du groupe a par ailleurs décidé d'intégrer une équipe développement durable.

Impliquer toutes les entités

Chez Société Générale, la démarche a été entreprise tout aussi tôt. Quant à la direction des achats, elle s’est effectivement structurée depuis 2006 afin d’intégrer la RSE au sein du métier de l’acheteur, par le biais d’une approche industrielle. Une cartographie des produits et prestations de services a alors été dressée en fonction des trois volets de la RSE : économique, environnemental et social. Depuis, 49 catégories d’achats font l’objet de dispositions particulières. On y retrouve notamment les produits et services informatiques (dont les prestations de conseil) qui représentent 54 % du budget total (plus de 5 milliards d’euros, dont 3,2 milliards pour la France en 2009), devant les achats relatifs au métier bancaire (la monétique par exemple) ou les services (de type voyages ou marketing). Or, l’informatique étant passée au vert (L’Agefi Hebdo du 9 avril 2009), les matériels référencés disposent tous d’écolabels qui montent de plus en plus en gamme pour une adoption progressive dans le groupe (lire l’entretien).

L’enjeu des directions achats réside dans la large diffusion des bonnes pratiques au sein de toutes les entités. Celle de Fortis chez BNP Paribas n'échappe pas à la règle : « En 2009 en Belgique, de nouvelles lignes directrices ont été mises en place pour favoriser les achats durables, explique le groupe. Ces modalités sont appliquées à tout nouveau contrat et tout renouvellement de contrat, tandis que ceux existants seront modifiés à la première occasion légale. Les aspects de durabilité sont pris en compte à chaque étape en représentant 10 % à 30 % des paramètres dans notre processus de sélection. » Par ailleurs, la direction a diffusé dans tout le groupe un « guide des normes et standards achats » avec ses aspects de RSE. Car la bonne application de toutes ces directives est sous la responsabilité des filiales et des entités.

A lire aussi