L'avis de... Irène d'Orgeval, directeur général d'AMlab*

« Il ne suffit pas d’être un bon gérant pour réussir sa société de gestion »

le 05/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Cire

Qu’apporte AMlab aux sociétés de gestion qu’elle soutient ?

Nous leur apportons avant tout du seed money (capitaux d’amorçage, NDLR) - entre 10 et 50 millions d’euros - et nous prenons une participation minoritaire au capital. Nous pouvons également proposer leurs fonds aux clients institutionnels de La Banque Postale AM (LBPAM). En effet, AMlab ne finance que des sociétés dont l’offre est complémentaire de celle de notre actionnaire, LBPAM.

Est-il possible, aujourd’hui, de lancer une société de gestion sans l’appui d’un incubateur ou d’un investisseur institutionnel ?

Cela me semble difficile car il faut très vite réunir au minimum une cinquantaine de millions d’euros d’actifs pour amortir les coûts liés au démarrage. Sans seed money, la société de gestion peine à collecter car les investisseurs institutionnels ne peuvent investir dans les trop petits fonds pour des raisons de ratio d’emprise.

Après Mandarine Gestion et Delta AM, avez-vous d’autres projets ?

Nous recevons régulièrement des propositions, mais nous devons parfois faire comprendre aux candidats qu’il ne suffit pas d’être un bon gérant pour réussir sa société de gestion. Il faut également avoir une bonne fibre entrepreneuriale. Nous travaillons aujourd’hui sur un dossier important, dont l’expertise pourrait répondre à nos besoins d’investissement.

*Société dédiée à l’incubation de sociétés de gestion

A lire aussi