L’avis de... Christian Jimenez, président de l’antenne française de PRMIA (Association internationale des professionnels du risk management)

« Il faut les mêmes compétences très techniques que dans le ‘front-office’ »

le 12/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Quelle est l’action de PRMIA à Paris ?

Créée en 2000 aux Etats-Unis, PRMIA a été lancée en France en 2002 (nous sommes représentés dans 150 pays) et nous comptons aujourd’hui plus de 1.000 adhérents en France : des banquiers, des assureurs, des professionnels de sociétés de gestion, des corporates, des opérationnels s’intéressant à la gestion des risques, etc. Nous organisons régulièrement des conférences sur des thématiques techniques, nous venons ainsi d’en tenir une sur les ajustements de valeur de crédit (credit valuation adjustment). Et depuis 2009, dans le cadre d’un partenariat avec Paris-Dauphine, les étudiants peuvent passer le certificat professional risk manager de PRMIA, reconnu à un niveau international.

Le regard en interne sur les professionnels des risques a-t-il changé ?

Il y a eu une époque où ces professionnels étaient sous-estimés et un peu regardés « de haut » par les opérationnels. Ces derniers venaient avec des modèles très sophistiqués qui ne pouvaient pas toujours être évalués correctement par les risques car la fonction n’avait pas toute l’ingénierie nécessaire. Aujourd’hui, et les établissements l’ont compris, il faut les mêmes compétences très techniques des deux côtés, en front-office et dans les risques. Cela s’est aussi traduit par une revalorisation des rémunérations afin de les faire converger vers celles du front-office.

A lire aussi