L’avis de… Rodrigo Garcia de la Cruz, membre du centre de recherche de l’Institut d’études boursières de Madrid*

« Il faut diminuer le nombre d'agences »

le 19/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Quel sera l'avenir des salariés des caisses d’épargne espagnoles ?

Il faut réaliser des ajustements avec des préretraites, des départs indemnisés. Je vois trois défis à relever. Premièrement, il faut diminuer le nombre d’agences. Il y en a trop. Aujourd’hui, on en dénombre 41.000 sur le territoire espagnol, contre 46.000 en 2008. Nous sommes devancés par l’Inde, les Etats-Unis et la Chine qui ouvre 20.000 succursales par an. Deuxièmement, il faut redistribuer les canaux de vente. L’agence doit se reconvertir en centre d’affaires qui continuera à avoir un poids important. Enfin, les réseaux sociaux sont appelés à jouer un rôle crucial, comme la banque par téléphonie mobile.

Quelles compétences seront nécessaires ?

L’Espagne est un pays très bancarisé et très avancé. Sur le plan des technologies, nous sommes en pointe. Cependant, il y a encore du chemin à faire concernant les compétences liées aux réseaux sociaux. L’objectif est en effet d’offrir un service de proximité en interaction avec les clients.

*Et auteur de l’étude « Le réseau d’agences bancaires a-t-il un futur ? »

A lire aussi