L’avis de… François Fatoux, délégué général de l’Observatoire sur la responsabilité sociétale de l’entreprise (Orse)

« Il faudrait coupler les baromètres avec les indicateurs chiffrés de l’entreprise »

le 03/11/2011 L'AGEFI Hebdo

Les baromètres d’engagement permettent-ils de livrer une photographie réelle de l’état d’esprit des salariés de grandes entreprises ?

Ce sont des outils RH répandus mais il ne faut pas s’en contenter car ils mesurent avant tout la perception des salariés. Sur le sujet de l’égalité hommes-femmes, il faudrait coupler les réponses aux indicateurs chiffrés (outils de reporting, bilan social…) de l’entreprise afin de comparer réalité et perception. Mais sur des thèmes pour lesquels il n’existe pas d’indicateurs de mesure (comme le stress lié à l’usage de la messagerie électronique par exemple), ces sondages sont intéressants.

Ces baromètres sont-ils utiles ?

Les réponses n’ont de sens que dans la durée, donc il faut pouvoir les comparer année après année. La restitution des réponses et leur exploitation sont fondamentales. Or la communication est parfois partielle et peu transparente. Ainsi, la vision « groupe » est intéressante mais pas toujours significative. Surtout, il faut aller au bout de la démarche en apportant des réponses concrètes lorsque des éléments d’insatisfaction se font jour.

A lire aussi