L’avis de… Charles Rostand, directeur général d'Akteos*

« Identifier les points de contact et de divergence pour travailler ensemble »

le 20/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi l’intégration interculturelle devient-elle une préoccupation essentielle pour les grands groupes financiers ?

Autrefois, tous ces acteurs fonctionnaient avec des structures hiérarchiques par pays, et chacun vivait en toute indépendance. Aujourd’hui, les organisations sont devenues transverses. Un patron basé à Londres manage des collaborateurs à Paris et à Shanghai. Et comme les voyages et les expatriations ont tendance à diminuer au profit du travail à distance, la dépersonnalisation des rapports a multiplié les motifs d’incompréhensions et de frictions. Ce qui, au final, n’a fait que générer de l’inefficacité et des surcoûts.

Que faut-il faire pour apprendre à travailler ensemble, malgré les différences ?

Il faut commencer par identifier le mode de fonctionnement des uns et des autres au travers d’une trentaine de critères interculturels. Ce travail d’analyse passe par de la formation, des questionnaires à choix multiples, des jeux de rôle… Une fois que l’on a décodé l’autre et que l’on a bien identifié les points de contact et de divergence, on peut adopter un mode de communication et de management qui va permettre de travailler ensemble efficacement.

*Cabinet spécialisé dans la formation, le conseil et le management interculturel

A lire aussi