Dossier MBA

Le groupe d’audit Mazars se lance sur le marché des MBA

le 28/02/2013 L'AGEFI Hebdo

Inédite, cette initiative s’adressera dans un premier temps aux associés, avant de s’ouvrir à d’autres entreprises.

Mazars a poussé très loin la logique du « MBA maison ». En octobre prochain, le cabinet d’audit et de conseil ouvrira à six entreprises partenaires son propre MBA baptisé « The next MBA ». Expérimenté en interne sur trois promotions d'associés, l’objectif de ce programme est de « former une communauté de leaders qui, demain, présidera aux destinées de Mazars », explique Laurent Choain, directeur des ressources humaines. Le programme, qui se déroule sur deux ans, à raison d’une semaine par trimestre aux quatre coins du monde (New York, Shanghai, Amsterdam, Londres), ambitionne de renouveler l’éducation au management et vise l’excellence académique, avec l’intervention de patrons du CAC 40 et de professeurs issus d’écoles réputées comme Harvard ou HEC. A l’origine, il y a le constat que l’offre existante est inadaptée aux besoins de formation de l’entreprise, en raison du coût prohibitif de ces programmes de « luxe ». « Les bons MBA sont coûteux, nous ne pourrions pas former toute une communauté de dirigeants à ce prix, à moins de nous tourner vers des MBA dont le contenu ne correspond pas à nos besoins », poursuit Laurent Choain qui, précédemment, a été responsable de l’offre en formation continue à l’école de commerce de Reims et a lancé une dizaine de MBA.

Des programmes courts spécifiques

Issus des quelque 800 associés chez Mazars, les 75 collaborateurs qui vont tester ce MBA inédit sont directeurs opérationnel ou fonctionnel et travaillent au sein du groupe depuis plusieurs années. Une manière de les remercier pour leur fidélité, dans un secteur d’activité où le turnover reste important. Avec le risque de susciter jalousie et frustration chez ceux qui n’intégreront pas ce « Next MBA »… La question reste aussi de savoir quelle est la valeur sur le marché d’une telle formation qui s’ouvrira aussi à des cadres d'autres entreprises. « En plus de contribuer à fidéliser nos équipes de dirigeants, notre MBA peut nous aider à recruter des personnes attirées notamment par notre offre de formation », défend Laurent Choain.

Cette approche de MBA « corporate » reste originale. Car les entreprises préférent généralement co-construire avec les écoles de commerce des modules sur mesure non diplômants. L’EM Lyon a ainsi élaboré, à la demande de Groupama notamment, des formations de 10 à 27 jours qui peuvent servir de passerelle vers les MBA de la business school. « Les objectifs d’un MBA 'corporate' sont très différents de ceux d’un MBA classique. Ils répondent aux besoins spécifiques d’une entreprise, d’une industrie et se concentrent sur le façonnage de leurs futurs leaders, souligne Pejay Belland, directrice marketing, admissions et aides financières de l’Insead. Notre MBA enseigne un management général et international, la plupart des étudiants le choisissent pour changer de carrière. Nous n’avons pas l’intention d’ouvrir des MBA d’entreprise. Mais nous pouvons mettre sur pied des programmes courts spécifiques qui ne donnent pas accès à un diplôme officiel. » En avril prochain, le campus va ouvrir un mastère en finance destiné aux financiers. Ce programme de vingt mois à Singapour et Fontainebleau s’inspire directement de celui que l’Insead avait lancé en 2007 en collaboration avec le groupe bancaire australien Macquarie, et qui avait profité à plus de 210 jeunes cadres.

A lire aussi