L’avis de… Tania Petersen, "principal" en charge de la gestion d’actifs, de la banque privée et des marchés de capitaux au cabinet de chasse de têtes CTPartners

« Les grandes maisons sont capables de faire des exceptions »

le 17/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Quel est le rôle des directions de ressources humaines (DRH) dans l’élaboration des bonus ?

Dans les grandes sociétés de gestion, la DRH est de plus en plus impliquée dans l’organisation des rémunérations variables. Dans le passé, le management avait la mainmise sur le sujet. Désormais, les RH font une lecture quasi complète des bonus de chaque salarié auprès des managers. C’est une évolution positive car elle permet d’objectiver les indicateurs qualitatifs entrant en ligne de compte.

Les méthodes de calcul des rémunérations variables sont-elles toujours respectées à la lettre ?

Les grands asset managers ont compris qu’il fallait s’adapter aux pratiques de marché en France, mais aussi à l’international pour retenir les talents. Pour certains postes, ils sont donc capables de faire des exceptions dans le mode de fixation des bonus. C’est notamment vrai pour certains postes de managers, mais aussi, parmi les gérants, sur des classes d’actifs comme les marchés émergents, où la concurrence est plus mondiale que française.

A lire aussi