Dossier Profils gagnant Spécial Femmes

Les femmes s’imposent peu à peu dans la banque de détail

le 10/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Plus représentées dans certains métiers, elles grimpent grâce à leurs diplômes et en raison des opportunités multiples que leur offre le secteur.

Les femmes représentaient 56,3 % des effectifs de la banque de détail en 2010, mais elles ne constituent encore que 43,4 % des cadres, une belle progression par rapport aux 31,2 % de 2000. « De plus en plus de femmes accèdent aux postes de direction (membres du directoire, direction financière, direction du développement…) qui, néanmoins, restent encore nettement masculins, note Frédéric Hatsadourian, senior manager banque assurance chez Robert Walters France. Cela tient au nombre de femmes diplômées des grandes écoles, car le diplôme compte beaucoup dans ce secteur, et au fait qu’elles parviennent mieux à concilier leurs vies professionnelle et familiale. A cela s’ajoute une réelle volonté des banques de faire progresser les femmes à des postes de direction. »

En outre, le secteur de la banque est riche en métiers, ce qui constitue de nombreuses opportunités. Les femmes sont particulièrement représentées dans les métiers de la communication (72,9 % en 2010, selon l’enquête Emploi AFB), des ressources humaines (70,8 %) mais aussi parmi les juristes et fiscalistes (64,2 %), ou encore dans les départements comptabilité (57,5 %). Elles sont également majoritaires au marketing (51,7 %) et au contrôle de gestion (51,5 %). Elles sont toutefois moins présentes dans certains métiers comme les directions financières, les directions du crédit ou du développement. « Cela résulte d’une appétence moindre pour ces postes, explique Frédéric Hatsadourian. Mais la diversité des métiers ouvre des possibilités et il est toujours bénéfique de faire des allers-retours entre le siège et le réseau, qu’on soit homme ou femme. Les postes qui permettent de monter dans la hiérarchie sont la direction des risques, très en vogue en raison de Bâle II et très bientôt de Bâle III, les métiers liés au réglementaire, mais aussi les directions du développement ou directions commerciales qui, lorsque la performance est au rendez-vous, permettent d’accéder aux hauts postes de direction. »

Les femmes du réseau devraient alors multiplier leurs chances de grimper dans la mesure où elles sont majoritaires en tant que chargées de clientèle particuliers (70,4 %) et professionnels (52,6 %), ou encore parmi les conseillers en gestion de patrimoine (52 %). En revanche, elles ne représentent encore que 43,4 % des chargés de clientèle entreprises, métier qui reste plus masculin pour des raisons de sécurité, et 38,8 % des responsables de points de vente. Si elles ne sont pas encore majoritaires à la direction des agences, elles se sont bien imposées en peu de temps puisqu’elles constituaient moins du tiers de l’effectif en 2006. Cette évolution devrait devenir plus marquante dans les années qui viennent dans la mesure où les femmes sont plus nombreuses parmi les nouvelles recrues (56 % en 2010).

A lire aussi