FONCTIONS SUPPORTS

Des disparités selon les fonctions

le 26/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Même si les bonus des professionnels des fonctions dites « supports » sont bien inférieurs à ceux des opérateurs de marché ou des banquiers d’affaires, l’année 2012 est marquée par une diminution de leurs parts variables. Concernant les fonctions back et middle-office, « dans les grandes banques françaises présentes dans les métiers de banque de financement et d’investissement, surtout celles dont la situation financière est difficile, la baisse des bonus est forte, de l’ordre de 50 % à 80 % pour certaines d’entre elles », remarque Louise Enescaux (photo), consultante chez Hudson. Très sélective, la distribution des bonus n’a concerné que 30 % à 40 % des effectifs, récompensant les meilleurs éléments des activités les plus porteuses. Et les salaires fixes n’ont pas été relevés pour compenser la réduction des parts variables : seuls 30 % de ces professionnels ont bénéficié d’une hausse de l’ordre de 2 % de leur rémunération fixe. Quant aux métiers de contrôle des risques et de conformité, « fonctions mises en lumière par la crise financière et indispensables aujourd’hui », rappelle Louise Enescaux, ils sont moins affectés avec des bonus en baisse de 15 % à 20 %. « Tout dépend à nouveau de la situation financière de l’entreprise et du niveau d’expertise du salarié, souligne Louise Enescaux. En effet, pour des expertise fortes (notamment des profils seniors), le recul du bonus est forcément limité, l’établissement ne souhaitant pas mécontenter ses experts et prendre le risque de les voir partir dans un contexte où les bons profils sont très demandés. Pour les juniors dans ces métiers, la baisse a pu être plus marquée. »

A lire aussi