L’avis de... Olivier Bertrand*, associé du cabinet Infhotep**

« Difficile de s’inscrire sur le long terme dans un monde où règne l’instantané »

le 08/11/2012 L'AGEFI Hebdo

Quel effet de la crise affecte le plus les DRH des grandes entreprises ?

Depuis 2008, la motivation des collaborateurs encadrants n’a cessé de diminuer. Ce phénomène a commencé par les cadres supérieurs pour s’étendre ensuite aux autres salariés.

La crise n’est-elle pas l’occasion pour un DRH d’être plus visible et de valoriser sa fonction ?

Effectivement, mais encore faut-il que les DRH prennent part de manière proactive aux mutations. Ils doivent devenir un vrai levier dans l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie et de l’organisation de l’entreprise. Une des difficultés de la fonction va être de s’inscrire sur le long terme dans un monde où règne de plus en plus l’instantané.

Quelles qualités doit posséder le DRH d’une entreprise internationale ?

Celle de capitaine de l’organisation, à savoir la capacité à réconcilier les enjeux long terme et ceux sur le court terme. La mise en œuvre de cycles RH est nécessairement longue : développement du capital humain, transformation des pratiques managériales, acculturation des collaborateurs. Les exigences opérationnelles quant à elles sont de plus en plus immédiates dans un marché à la fois hyperconcurrentiel et très hétérogène d’une région à l’autre du monde.

*Auteur de l’étude « La DRH, vers une direction de l’organisation et du capital humain ».

**Cabinet de conseil en stratégie et organisation des entreprises.

A lire aussi