Témoignage Jacques Raphael, 32 ans, vice-president du département fusions-acquisitions chez Deutsche Bank

« Dans les M&A, les profils européens et américains sont assez complémentaires »

le 14/11/2013 L'AGEFI Hebdo

« J’ai eu la chance de faire un master à Londres et d’y avoir été directement recruté par Deutsche Bank. Après quatre ans passés à la City, j’ai eu l’opportunité de prendre un poste à New York, pour un contrat d’échange de deux ans. Cela fait maintenant six ans que j’y travaille. Dans les métiers de fusions-acquisitions (M&A), je dirais que les profils des Européens sont assez complémentaires de ceux des Américains. Ces derniers ont souvent une première expérience en entreprise car ils arrivent aux métiers du M&A par des MBA. En Europe, les personnes ont plutôt suivi des cursus purement financiers. Mais il faut nuancer : bien qu’il y ait beaucoup d’Européens - y compris des Français - dans nos métiers, la majorité des effectifs est constituée d’Américains. Aujourd’hui, je n’imagine pas quitter New York. La place financière fait preuve d’un dynamisme à toute épreuve et l’activité en M&A y est soutenue. Et cette ville est plus que jamais une capitale mondiale culturelle et artistique. »

A lire aussi