PORTRAIT Matteo Dante Perruccio, cofondateur de Hermes BPK

D'une banque italienne à un fonds de pension britannique

le 23/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Volontiers volubile, Matteo Dante Perruccio confie d’emblée que la finance n’était pas son premier choix. « J’ai commencé par prendre des cours de théâtre, souligne-t-il. C’est une formation fantastique pour toute profession qui nécessite l’évaluation des gens et la négociation, dans la mesure où cela vous permet de développer un haut degré d’observation mais aussi une capacité d’empathie, une qualité qui fait actuellement défaut au monde des affaires. » Parallèlement, amateur d’art, il développe aussi un intérêt pour les affaires internationales, qui le conduiront tout naturellement vers la finance. Après un bachelor of arts et un master décrochés dans des universités américaines, ce professionnel d’origine italienne mais ayant grandi outre-Atlantique commence sa carrière professionnelle à New York au sein de Banca Intesa Sanpaolo. Il passe ensuite chez American Express Bank entre 1992 et 2000, puis il intègre ensuite Pioneer Investments, rachetée en mai 2000 par la banque italienne UniCredit : « Les fonds de ‘hedge funds’ étaient à cette époque très en vogue », se souvient-il. La banque italienne finalise fin 2002 le rachat de Momentum Asset Management, un gérant britannique spécialisé : « A l’époque de l’intégration, cette société disposait de quelque 950 millions d’euros sous gestion, poursuit Matteo Dante Perruccio. Cette somme a atteint 5 miliards d’euros en 2006 lorsque j’ai quitté la compagnie. » Le désir de se lancer dans un projet plus entrepreneurial le taraude. Il croit trouver en 2006 son salut au sein d’Olympia Capital Management, basé à Paris, mais l’expérience tourne court. Son entrée chez Hermès en 2008 finira par combler ses attentes : « BT Pension Scheme gérait depuis quelques années un fonds de fonds important mais ils ont fini par prendre la décision stratégique d’externaliser la gestion du portefeuille pour les fonds de ‘hedge funds’ chez Hermes BPK Partners. »

Créée en janvier 2009, Hermes BPK Partners dispose aujourd’hui de 22 salariés, de 1,7  milliard de dollars d’actifs sous gestion et revendique un modèle inédit : chaque cofondateur reçoit ainsi les mêmes émoluments : « Nous avons lancé une catégorie d’actions innovante comprenant une clause de ‘claw-back’ sur les performances, indique Matteo Dante Perruccio. Et tous les trois ans, nous examinons les performances enregistrées au cours de cette période : si nous sommes au-dessus du ‘high watermark’ (valorisation historique maximale, NDLR), nous gardons les commissions de performance ; si nous sommes en dessous, nous rendons aux investisseurs l’ensemble des commissions que nous n’avons pas gagnées. Ce modèle reflète notre conviction fondamentale que nous devons être de bons partenaires et avoir des intérêts en ligne avec ceux de nos investisseurs. »

A lire aussi