Portrait Jacques Ripoll, directeur du pôle gestion d’actifs et services aux investisseurs chez Société Générale

« Créer une franchise prend du temps »

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

C’est à sa « capacité à jouer collectif tout en conservant un esprit entrepreneurial » que Jacques Ripoll, 45 ans, attribue sa rapide ascension dans le groupe Société Générale. Certes, le jeune directeur du pôle gestion d’actifs et services aux investisseurs (GIMS) est un pur produit maison, issu de la voie royale qu’est l’Inspection générale (IG). Mais ce diplômé de l’X a su également accepter de se remettre en question, comme lorsqu’après six ans dans ce département, il refuse le poste d’inspecteur principal, offert seulement à deux élus. Une première dans l’histoire du groupe ! « L’IG est une formidable école, qui offre un champ très large des possibles. En six ans, j’ai travaillé dans les réseaux, l’immobilier, les activités de marché, l’international… Mais je sentais que la banque se spécialisait de plus en plus, et je craignais que les profils de généralistes ne soient plus privilégiés. » Il opte alors pour une activité naissante et encore peu reconnue en 1997, les dérivés actions. Ce ne sera pas son dernier choix atypique. Après quelques années sur les marchés, où il devient responsable equity finance des dérivés actions, puis crée le département vente de produits structurés aux hedge funds, il prend en charge les activités de courtage sur actions européennes, alors en souffrance : « Une expérience formidable, avec à la clé une belle aventure de redéploiement d’une entreprise. » Le voilà à 37 ans patron de 300 personnes, dans un métier très international. Poste qu’il choisit d’abandonner pour diriger…12 personnes en 2006. A la direction de la stratégie il est vrai, qui s'avère être un vrai tremplin lorsqu’il s’agit de remplacer Jean-Pierre Mustier à la tête de GIMS en 2009. Pour la suite, Jacques Ripoll se veut circonspect. « Je veux m’inscrire dans la durée, car créer une franchise prend du temps », dit-il.

A lire aussi