Entretien avec... Olivier Dussarat, avocat associé chez Landwell & Associés

« La coordination des Etats européens a joué un rôle fondamental »

le 10/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Les banques françaises vont clore la saison de versement des bonus. Que faut-il en retenir cette année ?

La grande nouveauté, c’est que jamais aussi peu de « cash » n’aura été distribué par les banques en Europe. Il faut rappeler que si le différé existait auparavant, il ne constituait pas une part aussi importante du bonus total. En effet, les règles européennes sont allées beaucoup plus loin que les recommandations du G20 et elles s’appliquent non seulement aux professionnels de marché mais à l’ensemble des « preneurs de risque », soit un spectre nettement plus étendu qui inclut aussi les banquiers des activités de financement.

Justement, doit-on craindre des transferts d’équipes plus importants ?

L’an dernier, avant même que la directive CRD3 ne soit transposée en France, il y avait une vraie peur de voir partir des équipes vers des places financières où l’environnement est plus souple en matière de rémunérations. Finalement, aucun transfert massif n’a eu lieu et cela ne devrait pas se produire. Les anticipations sur les bonus versés cette année étaient très pessimistes, mais finalement, même si les montants ont plus ou moins baissé, les enveloppes n’ont pas été aussi réduites que ce que craignaient les banquiers. D’autre part, la coordination des Etats européens a joué un rôle fondamental. Les professionnels ont constaté que de Paris à Londres, en passant par Francfort, ils étaient tous assujettis aux mêmes règles, ce qui a contribué à les rassurer et à mieux faire accepter cette réglementation.

Mais aux Etats-Unis, ces règles ne sont pas appliquées…

Concernant les banques américaines, on peut considérer qu’une partie a déjà avancé sur le plan de l’encadrement des bonus puisque leurs filiales basées à Londres ou Paris doivent se conformer aux règles des régulateurs nationaux. Je pense que petit à petit - et on voit que ce mouvement est déjà enclenché -, les banques de Wall Street vont adapter leurs modèles dans l’idée de mieux contrôler leurs risques.

A lire aussi