Portrait Laurent Goutard, directeur délégué de la banque de détail de Société Générale, directeur du réseau Société Général en France

Le choix du réseau

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

« Beaucoup de chance, un peu de décision, et énormément de travail », c’est ainsi que Laurent Goutard résume 25 ans de parcours chez Société Générale, qui l’ont vu passer de l’Inspection générale (IG) aux réseaux en France et à l’étranger, pour devenir directeur délégué de la banque de détail en France en 2009 à 48 ans. Et un choix fondamental, fait à la sortie de l’IG, « la banque de détail, alors que beaucoup choisissaient la banque de financement et d’investissement, alors plus en vogue… ». C’est « le contact client et l’aspect management » qui l’attire en premier lieu, d’abord à l’agence grandes entreprises de Paris Opéra. Après un indispensable passage au siège, il prend, à 37 ans, la tête de la filiale de Société Générale au Maroc en 1998, « la plus grande filiale à l’étranger à l’époque, à un moment où la direction générale décide de développer l’axe banque de détail à l’international ». Coup gagnant, à la fois personnel - « une période fabuleuse pour ma famille » - et professionnel, explique ce père de trois enfants, qui double la banque de taille et la dote de filiales, avec des moments formidables et des épreuves difficiles (les attentats de Casablanca en 2003). A l’été 2004, deuxième coup gagnant, il prend la présidence de La Komercni Banka devenue le joyau de la banque de détail à l’international de Société Générale. Rappelé à Paris en 2009 pour prendre la direction du réseau, Laurent Goutard estime que ces onze ans à l’étranger lui ont apporté « une vision, une flexibilité personnelle et une façon de voir les choses différemment. Ainsi que le sens du travail en équipe dans le respect de la diversité ». De quoi affronter de nouveaux défis : « Continuer à se développer sur un marché français mature, mais dont les lignes vont bouger, développer les synergies de groupe et savoir intégrer et bien former les équipes de la nouvelle génération ».

A lire aussi