Des « chief data officers » aux commandes

le 21/02/2013 L'AGEFI Hebdo

La question de l’organisation ne manquera pas de se poser dans les banques et sociétés d’assurances qui s’apprêtent à investir dans le « big data ». Les « data scientists » sont en effet appelés à jouer un rôle d’interface entre, d’un côté, les directions des systèmes d’information chargées de mettre en œuvre les plates-formes et, de l’autre, les équipes d’analystes métiers qui ont été constituées en interne. Le « data scientist » devra dans le même temps mettre au service des métiers son savoir-faire pour expérimenter et proposer des algorithmes permettant d’optimiser les outils d’analyse financière. Pour Olivier Lallement, manager chez Deloitte, « ce type de cellules, mêlant compétences métier et technologiques, devraient être pilotées par un 'chief data officer' qui serait chargé d'établir la stratégie d'entreprise pour tout ce qui tout touche à l'exploitation des données, au partage de l'information, et à l'amélioration de la connaissance autour des clients, des marchés et des concurrents. C’est avec ce mode d'organisation transverse et global que le 'chief data officer' pourra à mon sens exploiter au mieux le patrimoine informationnel de l'entreprise et créer le plus de valeur ».

A lire aussi