Un homme, une équipe

Carlo Purassanta mène les banques vers l’innovation avec Microsoft

le 24/05/2012 L'AGEFI Hebdo

A la tête de la division services, le jeune manager conduit ses équipes et celles de ses clients vers un usage plus performant des solutions technologiques.

Carlo Purassanta mène les banques vers l’innovation avec Microsoft

Carlo Purassanta est un passeur d’innovations. A la tête de la division Services de Microsoft France, il veille à faire déboucher les technologies mises au point par le groupe sur un service sur mesure pour les clients banques et les entreprises, afin d’améliorer les performances de leurs outils. Son objectif : ouvrir les esprits, imaginer des usages, tracer des perspectives nouvelles pour ensuite leur donner corps. Ainsi, l’ère de la complexité informatique, qui a donné beaucoup de pouvoir aux ingénieurs, doit laisser place à celle de l’utilisateur, pour qui tous ces programmes ont été développés. Qu’on ne se méprenne pas, les ingénieurs constituent toujours la force vive de l’entreprise, c’est plutôt l’esprit qui a changé.

Concrètement, la division Services accompagne les clients et les aide à s’approprier les technologies Microsoft afin d’en tirer le meilleur parti. Elle se répartit en trois équipes complémentaires. « Microsoft Consulting Services prend en charge la mise en œuvre des projets, détaille Carlo Purassanta. Le support Premier s’occupe de l’aide aux entreprises ainsi que du maintien et de l’optimisation des systèmes informatiques, et le service Entreprise Strategy, créé il y a moins d’un an, accompagne nos grands clients sur leurs problématiques de transformation et d’identification d’initiatives à forte valeur pour l’entreprise. » Doté d’une trentaine de personnes et mené par Anne-Lise Touati, Entreprise Strategy s’adresse à une douzaine de clients en France et a pour ambition de recruter une quinzaine de nouveaux collaborateurs d’ici à juillet prochain. « Nos clients sont les banques, la finance, l’industrie, la distribution, les services, énumère Anne-Lise Touati. Des secteurs très demandeurs d’innovation que nous accompagnons dans l’identification des points d’innovation pertinents pour eux, ou dans la réduction des coûts, un moyen de dégager les financements nécessaires à leur transformation. » Pour cela, les ingénieurs, consultants et architectes d’entreprise appliquent la méthode Benefit Realization de Microsoft, un audit global des enjeux métiers stratégiques et des actifs technologiques des clients qui débouche sur des recommandations. « Par exemple, pour renforcer l’efficacité des commerciaux, on peut recommander une vue à 360° du poste de travail, puis réaliser des pilotes et comparer avec des ‘business cases’ donnés, expose Anne-Lise Touati. Pour cela, nos équipes doivent atteindre le meilleur niveau d’appropriation des solutions Microsoft et être en mesure d’accompagner nos équipes commerciales en interne et nos clients, les utilisateurs. Ce service a un rôle déterminant car il intervient en amont des sujets stratégiques et doit garantir une mise en œuvre dans les meilleures conditions. »

Un écosystème à part entière

La mise en œuvre, c’est la mission de Vianney Airaud qui dirige Consulting Services, environ 250 personnes en France chargées du déploiement des technologies et de la collaboration avec les partenaires intégrateurs, tels qu’Accenture, BearingPoint, Capgemini, CSC, Logica, Osiatis… qui créent des services à partir des technologies Microsoft. « Nous bâtissons ainsi un écosystème dans lequel Microsoft en tant qu’éditeur se doit, d’une part, de proposer en direct des technologies innovantes à nos clients et, d’autre part, de faire monter en compétences nos partenaires sur les produits déjà commercialisés, expose Vianney Airaud. Nous sommes organisés par grands types de solutions : poste de travail, ‘datacenters’, CRM (gestion de la relation client, NDLR), ERP (‘enterprise ressource planning’, NDLR), ‘business intelligence’, applications métiers. Nous partons du besoin des utilisateurs et sélectionnons les technologies Microsoft que nous adaptons pour répondre le plus finement possible à leurs impératifs, soit par le paramétrage, soit par des développements spécifiques légers mais pointus qui donnent ainsi l’impression aux clients que la solution a été réalisée sur mesure. » Les équipes travaillent donc étroitement avec les clients afin d’identifier précisément leur fonctionnement, leurs habitudes et ainsi mettre en place la solution ou l’assemblage de moyens qui leur permettront d’améliorer leur performance en soignant le volet appropriation par les utilisateurs.

Echanger des idées entre secteurs

Parmi les projets réalisés avec des banques figure celui de Société Générale CIB qui s’est équipé d’un nouveau CRM mis en place pour ses différents métiers mais fonctionnant à partir d’un moteur unique. Boursorama, pour sa part, rénove son portail de façon à le rendre accessible par tous les appareils mobiles grâce à Windows 8. LCL teste dans une dizaine d’agences des bornes interactives fonctionnant à base de la technologie Kinect qui capte les mouvements. Les grandes banques collaborent avec Microsoft non seulement sur des projets déterminés, mais aussi sur des technologies qui ne sont pas encore commercialisées et servent de supports à des pilotes ou à des tests.

Pour mieux matérialiser et diffuser cette culture de l’innovation, Carlo Purassanta vient d’inaugurer le Microsoft Business Innovation Center dans les locaux d’Issy-les-Moulineaux, où plusieurs applications concrètes dédiées à divers secteurs sont en démonstration (aide à la vente d’avion sur table Surface, outil de gestion des visites et des réserves lors de la livraison des immeubles pour le BTP…). En outre, des ateliers d’innovation sont organisés pour les clients. « Lors des Sessions Découverte Innovation, nous accueillons dix à quinze clients à qui nous montrons toutes sortes de technologies utilisables dans de nombreux secteurs afin de susciter des idées qui pourront ensuite donner lieu à des projets concrets, explique-t-il. Nous proposons également des Workshops Innovation, dédiés à un client; avec six à douze personnes, spécialistes de l’informatique et opérationnels métier, qui découvrent de façon ludique des technologies innovantes et des études sur le sujet avant de travailler avec des architectes et des consultants de Microsoft sur des applications possibles pour leur métier. » Mais ce positionnement sur l’innovation ne serait pas crédible si Microsoft n’assurait pas en parallèle une qualité de service à la hauteur des attentes de ses grands clients. « Lorsqu’un client a choisi un produit Microsoft, nous voulons lui garantir la meilleure efficacité, note Joël Girard, directeur du support Premier qui compte 150 personnes. Nos ingénieurs vérifient que les produits sont bien intégrés dans le système d’information des clients et proposent des services permettant de maintenir et d’optimiser les systèmes. Ils accompagnent aussi les clients vers de meilleurs modèles d’organisation pour répondre aux enjeux business de l’entreprise. Ensuite, nous assurons le support en cas d’incidents et sommes en mesure d’intervenir chez les clients selon la sévérité de l’incident. » Microsoft mise sur le support pour acquérir de nouveaux clients et propose depuis peu des contrats d’engagement de résultat, y compris sur des produits d’autres éditeurs.

A lire aussi