Dossier Bonus

CAPITAL-INVESTISSEMENT - Un contexte de reprise

le 21/04/2011 L'AGEFI Hebdo

C’est la reprise pour les professionnels du capital-investissement. Cette année, les fourchettes de bonus sont plutôt à la hausse par rapport à celles de l’an passé. « Globalement, 2011 est une meilleure année, témoigne Sophie Wigniolle, directrice générale d’Eric Salmon & Partners. Il faut rappeler que dans cette activité, il y a moins de volatilité pour les rémunérations variables que pour les métiers du financement ou du M&A (fusions-acquisitions, NDLR). » En effet, les salaires des équipes de gestion sont couverts par les commissions de gestion assises sur les montants de fonds sous gestion, ce qui permet une relative stabilité pour une période de sept ans. « La règle du bonus discrétionnaire reste forte, poursuit Sophie Wigniolle. Mais la distribution des parts variables ne s’appuie pas sur une simple formule mathématique ! Des critères qualitatifs sont aussi pris en considération. » Concernant la revalorisation des carried interests, cette forme d’intéressement dont bénéficient les gérants sur la plus-value réalisée (en général 20 %) par leur fonds d’investissement, « il est trop tôt pour vraiment le constater malgré quelques belles sorties en 2010, estime la dirigeante du cabinet de chasse de têtes. Cela dit, le marché reprend, les professionnels sont confiants ». De plus, ils ne paraissent pas gênés par les nouvelles règles d’encadrement des rémunérations variables : « Avec le 'carried interest', le mécanisme du différé existe déjà, déclare Sophie Wigniolle. En outre, il s’agit d’un métier très réglementé et scruté de près par le régulateur, les règles de prudence sont donc acquises. »

A lire aussi