L’avis de… Maxence Fontanel, directeur du programme grande école de l’Idrac*

« Une capacité à s’adapter »

le 18/10/2012 L'AGEFI Hebdo

En quoi la période de reconversion peut-elle être difficile ?

Il y a un deuil à faire. Dès leur plus jeune âge, les sportifs professionnels ont fonctionné à 100 % pour leur sport, c’est toute leur vie. Ils ont sacrifié une partie de leur jeunesse sur le terrain, ils ont raté des Noëls en famille. Tout cela s’arrête d’un coup, ils ont l’impression d’être orphelins.

Quelles compétences acquises dans le sport peuvent être transposées en entreprise ?

Certains sportifs, dans l’athlétisme ou le tennis par exemple, vont développer de véritables compétences de dirigeant car de leurs résultats dépendent les salaires et les déplacements de leur entourage (entraîneur, coach, etc.). D’autres sports collectifs permettent de développer des compétences basées sur une forme d’empathie, de sociabilité, de capacité d’adaptation à des environnements instables. Comme dans le métier de

trader, il faut savoir gérer son stress, les remarques, les logiques de performance.

Est-ce suffisant ?

L’apprentissage académique reste indispensable. Mais à compétences identiques, les sportifs possèdent une maturité et une capacité à s’adapter.

*Auteur de l’ouvrage « Sportif de haut niveau : manager en devenir », Editions L’Harmattan.

A lire aussi