Rencontre avec... Nunzio Quacquarelli, directeur général de QS Quacquarelli Symonds*

« Les cadres qui changent de carrière sont les plus demandeurs »

le 28/02/2013 L'AGEFI Hebdo

Quelles sont les dernières tendances sur le marché des MBA ?

Les candidatures pour les executive MBA (destinés à des cadres dirigeants d'environ une dizaine d'années d'expérience, NDLR) sont très nombreuses, et elles sont stables pour les programmes full time (à temps plein). Les cadres qui ont perdu leur emploi ou ceux qui souhaitent changer de carrière sont les plus demandeurs de MBA. Ceux qui craignent pour leurs perspectives professionnelles au sein de leur entreprise préfèrent ne pas s’engager dans ce type de formation longue.

Le MBA reste-t-il toujours une valeur sûre chez les financiers ?

Selon nos données, en 2012, 16 % des candidats à des MBA en Europe de l’Ouest étaient issus du secteur des services financiers, en hausse de 8 % par rapport à l’année précédente. Dans les banques d’investissement, les analystes sont encouragés, après quelques années d’expérience, à suivre un MBA dans le but d’élargir leurs compétences. Après leur formation, ils sont promus. Les banques commerciales utilisent aussi les MBA pour former leurs managers.

Les MBA français ont-ils une bonne réputation à l’international ?

Les business schools françaises les plus connues comme l’Insead, HEC, l’ESCP Europe, l’Essec et l’EM Lyon ont une excellente réputation à l’échelle mondiale. Sept écoles françaises sont présentes dans notre dernière étude « QS Global 200 » sur l’opinion des employeurs à propos de 200 écoles dans le monde. Et d’autres pourraient être à l’avenir intégrées dans cette étude.

*Société d’événements et d’études sur les MBA.

A lire aussi