L'avis de... Jérôme Rusak, associé au cabinet de conseil en stratégie Day One

« Les cabinets américains sont très attentifs au marché français »

le 02/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Quel est le poids des cabinets américains en France ?

En 2011, les cabinets d’avocats américains ont représenté 19 % du chiffre d’affaires du marché français en droit des affaires, et les cabinets britanniques, 19 %. Les Américains sont implantés en France depuis longtemps. A partir des années 2000, on a assisté à une deuxième vague d’arrivées. Nombre d’entre eux ont fusionné avec des cabinets français, qu’il s’agisse de Paul Hastings avec Moquet Borde, de Latham & Watkins avec le bureau parisien de Stibbe, d’Orrick avec Rambaud Martel, ou de Weil Gotshal avec Serra Leavy & Cazals.

Pourquoi cet intérêt ?

Sur fond de mondialisation des cabinets américains, la France est un point d’entrée important vers la zone euro et le reste de l’Europe continentale. Etre à Paris permet aussi d’avoir une ouverture vers l’Afrique du Nord et l’Afrique noire, du fait des liens privilégiés de notre pays avec ces régions. Pour s’implanter, la fusion est le moyen le plus rapide, mais cela peut parfois créer un choc culturel. Le rendement exigé et le nombre d’heures facturées par les avocats sont très élevés dans les cabinets anglo-saxons.

Les fusions vont-elles se poursuivre ?

Les cabinets américains sont très attentifs au marché français. Sur fond de crise, beaucoup de beaux cabinets de taille moyenne en France connaissent des soucis de trésorerie depuis quelques années. Ils pourraient donc être intéressés par un rapprochement pour pérenniser leur structure. Je ne serai pas surpris de voir un ou deux cabinets américains réaliser une acquisition dans les mois qui viennent.

A lire aussi