Le parcours de... Sébastien Thévoux-Chabuel, responsable de l'analyse extra-financière chez Groupama Asset Management

Attention, cet homme scrute votre gouvernance

le 25/04/2013 L'AGEFI Hebdo

Sébastien Thévoux-Chabuel. Photo: PHB

Sébastien Thévoux-Chabuel admet une certaine tendance au perfectionnisme. Son rêve serait de développer une méthodologie « permettant de révéler la qualité d’une entreprise indépendamment de la conjoncture ». Celui qui vient d’être nommé responsable de l’analyse extra-financière chez Groupama Asset Management (GAM) ne devrait pas se voir bridé dans ses recherches chez son nouvel hôte, lequel insiste précisément sur le rôle de l’analyse extra-financière dans son processus de gestion.

Lorsqu’il débute chez Deutsche Bank en 1998 comme analyste financier buy-side, son cheminement intellectuel part d’un constat qui deviendra vite rémanent : « L’essentiel est rarement dans les chiffres mais davantage là où il faut se donner la peine d’aller », résume-t-il. De toute évidence, l’homme dont la stature ne déparerait pas une équipe de rugby vit, à presque 40 ans, l’analyse extra-financière comme un credo.

La gouvernance, la culture d’entreprise, la culture client, la culture actionnaire constituent autant de prismes permettant de valider ou d’invalider les chiffres bruts. Sébastien Thévoux-Chabuel a notamment développé ses méthodes d’investigation chez Oddo Securities, son entreprise précédente. Ce sont les résultats de son approche méthodologique qu’il entend désormais apporter chez GAM. Le métier de cet homme est de ne pas être dupe et de dénicher l’information dans un exercice de « com ».

Pour lui, la meilleure façon de se faire une idée sur une entreprise et donc la pertinence à y investir, ce sont les rencontres : CEO*, CFO*, bien sûr, mais aussi les DRH car « les gens ont souvent tendance à sous-estimer la mine d’informations qu’ils représentent ». Selon que le DRH accepte ou non le rendez-vous, selon qu’il figure ou non au comité exécutif, cela fournit quoi qu’il arrive une information à même d’inspirer une considération extra-financière. Tout est pris en compte : un CEO qui écrit trop de livres, qui est présent à une vingtaine de boards, jusqu’au nombre de ses photos dans un rapport annuel. La synthèse de ces paramètres pour le moins variés sera déterminante pour mûrir un investissement.

Assez sûr de son fait, Sébastien Thévoux-Chabuel prétend que combiner l’analyse traditionnelle à l’analyse extra-financière nécessite de solliciter ses deux hémisphères. C’est le minimum pour bien encadrer le marché.

*CEO : ‘chief executive officer’ ; CFO : ‘chief financial officer’.

A lire aussi