Portrait François Banneville, global head execution services chez SG CIB

Appréhender l'« exécution actions » dans sa globalité

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

A l’heure où le trading haute fréquence fait la une des journaux, l’exécution est devenue la clé du métier de courtier. François Banneville, global head execution services chez SG CIB, n'a pas raté ce train. A peine sorti de l’EM Lyon, il débute en 1994 directement chez SG à Tokyo comme trader dérivés actions : « Dans une équipe en développement, où j’ai aussi appris l’arbitrage, à un moment où les salles de marchés commençaient à ‘s’électroniser' », explique-t-il. Il devient patron de desk options sur indices : en 1999 à Londres sur le Footsie, puis en 2000 à Paris sur l’EuroStoxx, et enfin responsable du trading options sur l’ensemble des indices européens en 2002. Début 2005, après un passage sur l’arbitrage cash & carry (paniers d’actions contre futures), il renforce les savoir-faire exécution et statistiques du cash equity en prenant la tête, à 34 ans, du Global Program Trading, puis de l’exécution électronique (en 2006). En 2009 s’ajoute à ses responsabilités la supervision du sales trading et dumarket making. Aujourd'hui, à 40 ans, il supervise des équipes à Londres, Paris, New York, Hong Kong et Tokyo, qui s’appuient sur trois points forts : un accès large et rapide aux marchés, un service de liquidité efficace (systèmes de routage, appariements internes des ordres et apports/achats de blocs), et des algorithmes adaptés pour l’accès direct aux marchés offrant des stratégies d’exécution « intelligentes ». « Toujours avec la même volonté d’appréhender le besoin du client, en offrant un service complet et approprié. » La fonction joint ses aspirations techniques (en trading et analyse des risques) à ses compétences en stratégie commerciale et conduite de projets, résultant d’un parcours éclectique et formateur.

A lire aussi