PORTRAIT Jan Straatman, CIO d’ING Investment Management

« Ces années de crise ont été intellectuellement stimulantes ».

le 23/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Si vous pensez que quelque chose en vaut la peine, allez-y à 200 % ! » Ce principe, Jan Straatman, CIO (chief information officer) d’ING Investment Management, le prodigue, sans relâche, à ses quatre enfants (20 à 26 ans). A 49 ans, ce Néerlandais aux allures juvéniles et posées, aujourd’hui dans les rangs d’une grande institution hollandaise, a toujours nourri une passion pour les marchés financiers et la dynamique de l’économie.

Un MBA en finance de l’université belge de Hasselt en poche, son parcours professionnel sera égrainé par le passage dans de belles maisons. Avant de rejoindre ING IM, Jan Straatman était CEO*/CIO de Pearl-Axial Investments. Avant cela, il a exercé différentes fonctions dans les domaines de la gestion d’actifs et l’univers des fonds de pension, notamment celle de CIO Capital Markets chez l’un des plus importants fonds de pension néerlandais, ABP Asset Management, après avoir été responsable de la gestion d’actifs chez Achmea Global Investors et vice-président senior de GIM Capital Management à Eindhoven et New York. Aujourd’hui installé dans le village de Schalkwijk, à quelques encablures d’Utrecht aux Pays-Bas et qui compte quelque 2.000 habitants, il a été amené à travailler à l’étranger. « Les marchés de capitaux et les économies sont devenus plus globaux au cours de ces vingt dernières années, explique-t-il. Travailler au sein de différentes économies permet d’obtenir une meilleure compréhension de la dynamique des marchés financiers. »

Responsable de l’ensemble des actifs sous gestion d’ING IM (378 milliards d’euros sous gestion), Jan Straatman dirige une équipe de plus de 800 professionnels. Les dernières années de crise, il les a vécues comme « intellectuellement stimulantes ». « C’est un moment extraordinaire, confie-t-il, qui a un impact tout aussi extraordinaire, tant au niveau personnel que professionnel. La leçon que l’on peut en tirer ? Eviter de suivre le comportement grégaire du marché. Dans les années précédant la crise, les acteurs avaient tendance à être trop complaisants. Par voie de conséquence, la gestion des risques, et la faculté de compréhension des sensibilités des marchés ont, depuis, acquis une place beaucoup plus importante dans notre gestion de portefeuille ». Père de famille nombreuse, il met un point d’honneur à passer du temps avec les siens et articule énergiquement son temps libre entre la marche, le tennis, le basket-ball, la musique, la lecture et les arts… avec une mention particulière pour le Rijksmuseum d’Amsterdam et le mouvement impressionniste.

*’Chief executive officer’

A lire aussi