Alternants, gagnez en assurance !

le 06/02/2014 L'AGEFI Hebdo

Le renouvellement générationnel incite les assureurs à recruter des jeunes diplômés. Et de plus en plus souvent grâce à l’alternance.

Alternants, gagnez en assurance !

Al’origine, je souhaitais travailler dans la finance car ma formation me le permettait. Mais durant mes cours à l’Institut de science financière et d'assurances de Lyon (Isfa), j’ai eu un penchant pour le secteur de l’assurance », raconte Nicolas Lesnisse qui occupe aujourd’hui le poste d’analyste résultat de portefeuille chez Axa France, à Nanterre. Cela fait quatre mois que le jeune homme de 23 ans, qui a un profil d’actuaire, a été recruté en contrat à durée indéterminée (CDI) chez l’assureur après y avoir passé une année en alternance.

Démarche de pré-recrutement

Comme lui, plusieurs centaines de jeunes diplômés choisissent d’intégrer une entreprise d’assurances pour s’insérer sur le marché de l’emploi, et de plus en plus par le biais de l’alternance. Dans le recrutement des assureurs, la progression des alternants est « spectaculaire », juge même le dernier rapport annuel de l’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance. De 2002 à 2012, les embauches en contrat d’alternance ont ainsi bondi de 16,1 % et représentent actuellement près de 22 % du total. Le dispositif est utilisé dans une démarche de pré-recrutement, comme le relève le rapport : « Ce sont essentiellement les embauches en contrat d’alternance qui se substituent à l’embauche directe en CDI ». Chez Axa France, 650 alternants seront accueillis cette année, autant qu’en 2013, et un tiers d’entre eux sera ensuite intégré en CDI. « Nous recrutons principalement pour anticiper le renouvellement de la pyramide des âges et préparer l’avenir. Nous souhaitons également renforcer nos différents réseaux commerciaux », indique Jean Loup Bonvin, directeur des ressources et opérations RH d’Axa France.

Attirer des jeunes est une nécessité pour les assureurs où les 55 ans et plus constituent plus de 16 % des effectifs, contre 14,4 % pour les moins de 30 ans. Or, ces dix dernières années, l’âge moyen a augmenté, passant de 40,6 ans en 2002 à 42,3 ans en 2012, tandis que le taux de jeunes de moins de 30 ans, lui, s’est légèrement réduit (14,4 % en 2012, contre 16,8 % en 2002). Une situation qui incite les entreprises à réagir. « Ces trois dernières années, le secteur de l’assurance a été particulièrement dynamique en termes d’embauches, constate Thierry Mageux, business development director au cabinet de recrutement Robert Half Financial Services. En 2000, 20 % de notre chiffre d’affaires était réalisé dans l’assurance (‘asset management’ inclus). Aujourd’hui, cette part est de 60 %. »

Perception positive du métier

A l’instar de Nicolas Lesnisse, Kevin Morice, 23 ans, a décroché depuis quelques mois un CDI chez Groupama où il exerce comme juriste négociateur en gestion de sinistres en construction. Un métier d’expert qu’il exerçait déjà depuis un an en alternance avec son master 2 en droit des assurances à l’université Panthéon-Assas. « Lorsque j’ai été recruté en CDI, cela a été une bonne nouvelle car, au début, je pensais que la situation économique n’était pas vraiment favorable à des embauches », confie le jeune professionnel qui a, lui aussi, choisi de s’orienter vers ce secteur. « Avant de commencer mon année d’alternance, je voyais l’assurance comme un milieu dynamique et évolutif, une matière à rebondissements car l’évolution y est constante », dit-il.

Une perception positive qu’avait aussi Laura Graiz lorsqu’elle était en quête d’un contrat de professionnalisation dans le cadre de son master 2 spécialisé en ressources humaines. « Je regardais les offres d’emploi dans le secteur banque-assurance avec un a priori positif pour l’assurance, secteur qui me semblait le moins subir la crise et renvoyait même une certaine image de solidité financière, se souvient la jeune femme de 26 ans qui est en CDI chez Allianz depuis avril 2013 comme chargée de RH. Au moment de mon arrivée comme apprentie, on m’avait indiqué qu’il n’y avait aucune certitude d’embauche par la suite. Mais une plate-forme dédiée au recrutement des ressources temporaires (stage, alternance, intérim, CDD) a été créée et on m’a proposé un CDI, j’étais vraiment ravie ! »

Si ces jeunes se réjouissent de transformer leur alternance en une prise de poste effective, c’est notamment parce que les assureurs font en sorte de leur confier, dès le départ, des responsabilités concrètes ou de s’adapter à leurs attentes d’évolution une fois leur période d’apprentissage terminée. « J’occupe toujours le même poste au sein de la direction épargne et retraite entreprises qui gère les contrats de retraite supplémentaire des grandes entreprises, mais ma mission a changé, explique Nicolas Lesnisse. Comme alternant, je devais automatiser l’élaboration des comptes, je travaillais sur un outil. A présent, je réponds aux demandes des clients, je réalise des études sur leur régime de retraite, je fais des avenants à leurs contrats. Je devrais aussi prochainement effectuer des déplacements chez les clients. »

« Au quotidien, j’échange avec les agents d’assurance, les assurés, les tiers…, raconte de son côté Kevin Morice. Mon métier est assez relationnel même si j’interviens sur un segment spécifique avec une expertise assez technique. » Par ailleurs, les entreprises s’attachent aussi à tenter de satisfaire les préoccupations de la fameuse « génération Y » des 18-35 ans, moins portées sur le niveau de rémunération que sur la qualité de vie au sein de l’entreprise. « Ce que j’apprécie chez Allianz, c’est que l’entreprise a une réelle volonté de permettre aux salariés de pouvoir concilier vie professionnelle et vie privée ; notamment en incitant à respecter des horaires raisonnables pour les réunions, pas après 18h30 », souligne Laura Graiz. « L’an dernier, une étude a été réalisée auprès des collaborateurs sur le bien-être au travail et je vois cela comme un signe positif que l’employeur porte un intérêt à ce type de questions », ajoute Kevin Morice. Les assureurs n’ont pas fini de « chouchouter » leurs jeunes recrues.

A lire aussi