PORTRAIT Mark Mobius, président exécutif de l’équipe de gestion Templeton Emerging Markets

40 ans au service des marchés émergents

le 15/06/2012 L'AGEFI Hebdo

Mark Mobius ne se présente plus. Président exécutif de l’équipe de gestion Templeton Emerging Markets, ce docteur en économie et en science politique diplômé de la prestigieuse MIT (Massachusetts Institute of Technology) est à la tête d’une équipe de cinquante professionnels de l’investissement incluant les gérants, les analystes et les traders, et en charge de plus de 45 milliards de dollars. Pour ce professionnel qui a rejoint les rangs de Templeton en 1987, l’un des éléments de différentiation passe par une stratégie d’investissement de terrain : inlassable globe-trotter, le gérant multiplie les visites des entreprises ou encore les rencontres avec les dirigeants officiels.

Si on lui doit de nombreux ouvrages sur les stratégies d’investissement, son parcours se singularise aussi dans l’écrit : un manga, retraçant sa vie personnelle et professionnelle, a ainsi été publié en 2007 sous le nom de Mark Mobius - An Illustrated Biography of the Father of Emerging Markets Funds. Il possède aussi son propre blog, dont l’intitulé - Investment Adventures in Emerging Markets  - résume à lui seul son voyage initiatique et son appétit à l’égard de ce secteur. « Les marchés émergents présentent un certain attrait », résume-t-il avec modestie. Ses connaissances approfondies, qui lui ont valu à maintes reprises les honneurs de l’industrie et la confiance des grandes organisations internationales, en font un véritable visionnaire. Alors que les analyses économiques pointent du doigt un ralentissement économique de la croissance chinoise, le professionnel continue ainsi à parier très fort sur ce pays : « La Chine reste l’une des économies à la plus forte croissance et on peut dire que cette économie devrait continuer à voler. » L’Afrique est aussi de plus en plus le continent à défricher. « Le taux de croissance en Afrique est bon et il y a tellement de nouvelles choses qui s’y passent : en trois ans, un milliard de dollars a déjà été investi dans le fonds Templeton Frontier Markets Fund et cela pourrait très bien atteindre 3 à 4 milliards de dollars. Personne ne connaît le potentiel de ce continent. » Les opportunités sont là, à l’image des risques : « En Afrique comme en Asie, les risques sont équitablement partagés et aucune de ces régions n’est à l’abri des coups d’Etat ou des changements de régime politique », admet-il.

Et après quarante ans d’expérience, le professionnel garde encore la fraîcheur de ses débuts : « La Roumanie et l’étendue de ses réformes ont constitué une véritable surprise », confie-t-il ainsi. Dans l’intervalle, la crise financière et la volatilité des marchés devraient continuer à occuper les esprits : « Les risques de volatilité ont augmenté à travers tous les marchés dans le monde, provoquant de nombreuses craintes pour les investisseurs et, malgré nos conseils, de mauvaises décisions de leur côté », conclut-il.

A lire aussi