Le parcours de... Frédérique Cintrat-Bargain, directrice marketing et commerciale de Filassistance

Une « femme commerciale » enthousiaste et engagée

le 27/03/2014 L'AGEFI Hebdo

A 17 ans, Frédérique Cintrat-Bargain avait participé à un débat télévisé avec Elisabeth Badinter et Françoise Giroud sur le thème « comment l’ambition vient aux filles ». Un événement prémonitoire… Car, dans sa carrière, l’ambition a toujours été présente. Elle s’est manifestée tôt dans la vie de celle qui a reçu, en décembre dernier, le prix de la « femme commerciale » et celui des internautes de « la femme de l’année dans l’assurance » lors des Trophées de L’Argus. Bachelière à 16 ans, elle décide, après des études à l’Ecole de management de Normandie, de se tourner vers la vente. « Les autres jeunes filles s’orientaient plutôt vers le marketing », se souvient la dirigeante. Son parcours démarre donc chez Cetelem qui lui confie, à 22 ans, la direction d’une agence à Tours. « J’ai appris le management, j’étais plus jeune que les personnes que je dirigeais. » Puis, après sept années chez Cardif, elle arrive chez CNP Assurances en 1998 « d’abord pour des raisons géographiques », précise-t-elle. Le poste situé près de la gare Montparnasse permettait facilement des allers et retours depuis son domicile en Eure et Loire. Un mois après avoir été recrutée, en plein été, on lui confie un projet important. « Il s’agissait de la mise en place de l’assurance santé pour La Banque Postale (Assurposte à l’époque). Je ne connaissais pas trop ce domaine à cette époque mais cela a été une chance. » En 2001, elle contribue à la création de Filassistance, aux côtés de son PDG Christophe Boutineau, et devient la directrice marketing et commerciale de cette filiale d’assistance de CNP Assurances. C’est Christophe Boutineau qui l’encourage à se présenter au prix de « la femme commerciale ». Dynamique, avenante, enthousiaste, cette responsable d’une équipe de huit personnes a des atouts. Elle est aussi très active pour défendre la place des femmes dans la finance. En 2011, à la création du réseau Financi’Elles, elle écrit à sa co-présidente, Anne Guillaumat de Blignières. « J’ai proposé mon aide », confie-t-elle. Le comité exécutif l’accueille pour y représenter la Caisse des Dépôts. Depuis plus d’un an, elle est également membre de « Parité Assurances 2015 » et elle veut prochainement créer un réseau de mixité au sein de son ancienne école. Elle anime aussi ses réseaux virtuels tels que LinkedIn. « Pour le trophée, j’ai incité mes contacts sur cette plate-forme à m’écrire des recommandations et certains ont pensé que je voulais changer d’employeur ! Quelqu’un a d’ailleurs écrit ‘je la recommande à tout patron’ ! », s’amuse-t-elle. D’ailleurs, pour cette mère de deux garçons qui est membre d’une troupe de music-hall, « plaisir et amusement sont indispensables dans le travail  ». Dans un univers professionnel assez conformiste, la dirigeante de 47 ans n’a pas peur de l’audace. « Lors de la remise des prix, j’avais imaginé, si j’étais primée, un discours de remerciements comme aux César, mes quelques apparitions en figuration au cinéma ayant été relatées dans mon portrait ! », raconte-t-elle. Son discours original a surpris et ne lui a valu que… des compliments.

A lire aussi